( 23 octobre, 2007 )

L’opposition aurait-elle fait mieux ?

La situation du pays est-elle si grave que ça ? Apparemment, c’est sans nul doute ce que nous veulent faire croire ou avaler sans qu’on rechigne les partis politiques en quête de légitimité, les travailleurs et

la Société Civile qui, pendant voilà presque un mois, tambourinent  des airs d’une catastrophe imminente qui pourrait s’abattre sur la Mauritanie sans donner véritablement des détails qui tiennent debout. De sa part, le pouvoir multiplie malicieusement les sorties d’explication pour rassurer l’opinion ce qui est tout à fait normal et compréhensible. Dans cette bataille qui s’apparente plutôt insipide, monotone et lourde, derrière lequel des deux camps faut-il se ranger ? Lequel des deux blocs qui sont en train de se regarder en chien de faïence, faut-il croire ? La vie politique et sociale du pays n’a jamais été aussi trépidante, riche en débats et en perspectives. Cela prouve que notre jeune démocratie respire, que la Mauritanie est devenue un pays où il y a la liberté d’expression et la liberté de dire et de défendre ses opinions. Contrairement à une époque récente où on pouvait recevoir des coups torrides sur la tronche ! Aujourd’hui, dans cette bataille rangée, chacun veut avoir le monopole de la parole, chacun veut tirer de son côté le maximum d’opinions favorables et d’approbations. L’apposition qui se singularise par son manque d’information et de dynamisme, se veut par ces temps qui courent maintenant plus prévoyante c’est-à-dire participer activement dans le débat national en accordant plus d’attention à ce qui se fait. Mais on verra bientôt jusqu’à où elle peut aller, cette opposition qui est en train de s’accrocher sur des futilités qui ne participent pas encore moins n’enrichissent la vitalité de la démocratie. Certains dossiers sont rangés dans les tiroirs et certaines questions non moins importantes sont occultées. Vente de la Snim, d’Air Mauritanie, flambée des prix, pouvoir d’achat restreint…Certes la situation n’est pas aussi meilleure que ça ! Pourquoi donc tout ce capharnaüm ? D’ailleurs, si nous regardons autour de nous, quel est ce pays qui ne connaît pas de difficultés. C’est pour dire même les grandes puissances économiques n’échappent pas à la conjoncture mondiale actuelle. L’opposition –divisée sur certaines questions- au lieu de proposer des solutions pratiques, est en train de se tortiller lamentablement. La seule chose qu’elle sait faire c’est d’organiser des conférences de presse à n’en pas finir. Une opposition forte descend dans la rue pour manifester son ras-le-bol si la situation est aigue et le contexte l’exige ! Parait-il qu’elle va organiser un meeting le 31 octobre prochain pour exiger du pouvoir qu’il procède aux réformes promues durant la campagne présidentielle et aussi protester contre certaines mesures qui ont été prises par le pouvoir actuel. Ce que cette opposition n’ignore pas, c’est qu’elle sait parfaitement que l’actuel pouvoir a hérité d’une situation coton. N’est-ce pas là vouloir jeter de la poudre aux yeux des populations ? Ou alors pourquoi donc vouloir aller si vite en besogne ? D’ailleurs, cette opposition, ferait-elle mieux si elle était à la place de l’actuel régime ? Et si Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi leur confiait le pouvoir durant 6 mois ? Dans ce cas, on verrait bien ce dont elle est capable !

Babacar Baye NDiaye 

Pas de commentaires à “ L’opposition aurait-elle fait mieux ? ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|