( 28 octobre, 2007 )

Nos syndicats d’enseignement jouent-ils leur rôle ?

 Quand enfin va-t-on trouver de bonnes solutions à notre système éducatif qui est devenu jusqu’au trognon et dangereusement un véritable problème ? Des réformes, toujours des réformes et encore des réformes ! Mais en réalité, qu’est-ce qui a véritablement mué dans notre système éducatif ? Depuis plus de deux décennies, l’école mauritanienne s’est enfoncée viscéralement dans un gouffre dont elle a du mal à s’en tirer. D’un pouvoir à l’autre, d’un ministre à l’autre, notre éducation nationale aura été trempée dans toutes les sauces d’une mauvaise préparation sans que cela n’effarouche personne, en premier lieu les syndicats d’enseignement qui ont failli à leur mission de contre-pouvoir. Au lieu de jouer efficacement leur rôle, ils se turlupinent plutôt de leurs intérêts personnels d’abord que de la qualité de l’enseignement et de son développement. Pour l’augmentation de leurs salaires, pour leurs affectations, pour leurs primes de craie entre autres, ils se sont bien battus, becs et ongles, pour obtenir tout cela. On ne les a jamais aperçus par contre battre le macadam pour stigmatiser la ringardise des programmes. L’enseignement de qualité passe inéluctablement par- là : s’adapter aux nouvelles circonstances et évoluer avec elles. L’enseignement, le comble dans tout cela, est devenu le point de chute des chômeurs indésirables de la société mauritanienne, des retraités et des maîtrisards en je ne sais quoi encore. Il y a quelques jours seulement, en réalité, mon attention fut attirée par cette phrase bien gribouillée sur un kit d’écolier «l’avenir de la Mauritanie est dans l’éducation ». C’est bien beau tout cela mais ne rêvons pas. Ce n’est pas avec un tel programme et une telle situation qu’on y parviendra, un programme établi sur des bases politiciennes. Ce n’est pas certainement non plus avec nos syndicats qu’il faut compter pour redresser la barre. La situation actuelle de notre éducation nationale est la preuve que nos syndicats n’ont pas été vigilants et ont laissé délibérément sinon approuvé même certains choix politiques de nos hommes politiques qui ont politisé l’éducation nationale. Nos syndicalistes ne savent que nous seriner des phrases du genre «qu’il est urgent de réformer notre système éducatif » ou «il faut améliorer les conditions de travail des enseignants». Au lieu de proposer des solutions concrètes par rapport à la situation actuelle que traverse le système éducatif mauritanien, les syndicats d’enseignement se montrent de plus en plus veules et flasques. Et pourtant, ils savent mieux que quiconque que notre éducation nationale est prise en otage et brinquebalée dans des réformes qui n’ont rien apporté à notre système éducatif. Ce tâtonnement a aujourd’hui engendré un système d’enseignement aux abois avec toutes les conséquences qui sont devenues visibles maintenant. Il est prévu de tenir des états généraux sur l’éducation nationale d’ici peu de temps. Nous verrons bien si nos syndicats d’enseignement jouent pleinement leur rôle de contre-pouvoir. 

Babacar Baye Ndiaye

Pas de commentaires à “ Nos syndicats d’enseignement jouent-ils leur rôle ? ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|