• Accueil
  • > CULTURE
  • > Abderrahmaani Aamadu Bah, lead vocal de Daarorgal Fulbe
( 17 décembre, 2007 )

Abderrahmaani Aamadu Bah, lead vocal de Daarorgal Fulbe

 

 «Nous risquons d’être absorbés, envahis ou engloutis… » 

La semaine dernière, Daarorgal Fulbe était au Centre Culturel Français pour égailler les fidèles de la cafétéria. Superbement habillé de manière royale et ressemblant à un Almamy du Fouta, Abderrahmaani Aamadu Bah et son orchestre nous ont offert de la bonne musique qui nous a bercé et charrié pendant plus d’une heure. Une musique qui rappelle les nuits du Fouta au bord du fleuve Sénégal. Après une bonne prestation, nous lui avons posé quelques questions. 

Le Rénovateur Quotidien : C’est votre première fois d’être sur scène, qu’est-ce que cela vous fait ? 

Ce n’est pas ma première fois de monter sur scène. En effet, c’est ma troisième fois avec Daarorgal Fulbe. Avant cela, j’ai eu à jouer dans plusieurs villages du Fouta. En 1981, je suis venu m’installer à Nouakchott pour militer dans les associations de développement de la culture Poular. En 1989, avec les malheureux événements de 89, j’ai dû arrêter ma carrière de chanteur et de musicien. C’est à partir de 1991 que j’ai décidé de monter l’orchestre «Daarorgal Fulbe». 

Le Rénovateur Quotidien : Non seulement, vous êtes un orchestre mais aussi vous êtes une association. 

Nous sommes une association de développement. Certes, nous sommes avant tout un orchestre mais nous privilégions néanmoins tout ce qui concerne l’éveil des peuples et nous intervenons aussi dans diverses activités de développement. 

Le Rénovateur Quotidien : Que signifie ce sceptre que vous avez entre vos mains ? 

Ce bonnet que je porte s’appelle «cabral». Les marabouts ou les éleveurs l’ont toujours porté. Cela fait partie de notre habillement de même que ce sceptre que vous voyez là(il le montre). Ce sceptre a aussi une autre signification. La plupart des personnes âgées marchent avec pour leur servir d’appui. C’est aussi un symbole de sagesse et de royauté. 

Le Rénovateur Quotidien : Dans l’une de vos chansons sur scène tout à l’heure, vous exaltiez la bravoure des héros de la liberté. Est-ce à dire que vous êtes attaché à la liberté ? 

Nous sommes astreints toujours de chanter la liberté puisque nous naissons tous libres et égaux. Les héros de la liberté que nous chantons furent de grands héros qui se sont toujours battus pour la liberté et celle de leurs peuples. D’autres aussi se sont battus contre l’injustice, l’occupation coloniale. Et jusqu’à présent, nous continuons à nous battre pour acquérir nos droits et notre liberté. Tant que la personne n’est pas libre, elle ne peut pas s’épanouir et se sentir citoyen du monde à part entière. Ainsi donc, il est de notre rôle historique, en tant que leaders d’opinion, de rappeler aux jeunes générations et futures, les noms des grands héros de la liberté. 

Le Rénovateur Quotidien : Vous jouez de la musique traditionnelle typiquement influencée des rythmes du Fouta. Cela veut-il dire que vous valorisez la culture Peule ? 

Je veux exhiber avant tout mon attachement à mon patrimoine culturel. Je veux aussi partager ce patrimoine avec d’autres. Il faut d’abord montrer aux autres sa richesse culturelle avant de se projeter dans les leurs. 

Le Rénovateur Quotidien : Vos chansons sont aussi purement traditionnelles. On n’y retrouve pas de percussions. Ce qui est rare dans les orchestres qui ont souvent tendance à utiliser ces instruments rythmiques ? 

Nous ne devons pas laisser en rade notre musique traditionnelle. Certes, on peut apporter de nouvelles touches par rapport aux sonorités sur cette musique. Notre priorité c’est de moderniser cette musique folklorique. 

Le Rénovateur Quotidien : Vous existez depuis 1991. Mais jusqu’à présent, vous n’avez pas encore sorti un album. Qu’est-ce que vous attendez ? 

C’est vrai ! Mais cela peut se comprendre d’une certaine manière. Aujourd’hui, la façon dont la musique est faite ou jouée ne me convient pas. Moi, je suis pour une nouvelle conception de la musique traditionnelle. Cela veut dire qu’il faut revoir notre conception de faire de la musique. Avec l’expérience que j’ai pu acquérir à travers la musique, je pense que Daarorgal Fulbe est assez mûr pour sortir un album. 

Le Rénovateur Quotidien : Vous ne faîtes pas uniquement chanter les grandes figures du Fouta mais aussi et surtout vous éveillez et conscientisez. C’est le cas dans votre chanson «grossesse non désirée ». 

Cela, chez nous les halpoular, est un épiphénomène. Quelque chose de nouveau dans nos mœurs et coutumes ! Actuellement, nous vivons dans un monde où les habitudes de vie ont été bouleversées notamment par la modernité. 

Le Rénovateur Quotidien : A votre avis, faut-il défendre la musique traditionnelle, la préserver pour qu’elle ne disparaisse pas un jour puisque très peu de gens la jouent maintenant ou l’écoutent ? 

Cela est une des raisons qui fait que je chante toujours. Je n’ai pas encore un successeur. Toutes ces filles que vous avez vu gigoter, ce sont mes enfants. Je veux quelqu’un qui peut assurer la relève au cas où je ne serais plus de ce monde afin de préserver cette musique traditionnelle que nous avons héritée de nos aïeux  depuis plusieurs siècles. 

Le Rénovateur Quotidien : Vous avez chanté au passage Tijane Anne  que vous appelez l’or du peuple. 

Tijane Anne n’est plus à présenter. C’était quelqu’un qui a défendu la culture poular. Il était unique dans son genre. Il a pu éveiller les populations, les conscientiser sur leur rôle et leur devoir à observer ou à tenir. En tant que chanteur, je dois de me souvenir de lui en le chantant puisqu’il a fait durant sa vie de grandes choses pour l’émancipation de la culture poular. Il n’a aussi cessé de se préoccuper du devenir de son peuple et des peuples d’Afrique. 

Le Rénovateur Quotidien : A travers, l’une de vos chansons, vous demandez que nous réhabilitions  nos cultures et nos coutumes. Est-ce à dire qu’elles sont menacées ou en train de disparaître ce que vous craignez ? 

Nous subissions de plein fouet la mondialisation maintenant. On ne peut pas vivre en autarcie. Le monde est devenu aujourd’hui un village planétaire. C’est pour cela, si nous ne faisons pas attentions, nous risquons d’être absorbés, envahis ou engloutis par les autres en perdant nos cultures et nos coutumes. C’est la civilisation de l’universel, du donner et du recevoir. 

Le Rénovateur Quotidien : Vous pensez qu’aujourd’hui, il n y a plus de héros. C’est pour cela que vous faites revivre leur histoire en chantant les grands héros du Fouta ? 

Les héros existent toujours. Cependant, ils ne sont plus nombreux comme auparavant. Les héros ne sont plus devenus ceux qui partent en guerre ou qui luttent contre l’occupation coloniale. De nos jours, les héros, on les retrouve dans d’autres champs d’action comme par exemple, dans le domaine du développement ou de l’éveil des peuples. 

Propos recueillis par 

Babacar Baye Ndiaye 

ducdejoal@yahoo.fr 

   

 

 

 

 

 

1 Commentaire à “ Abderrahmaani Aamadu Bah, lead vocal de Daarorgal Fulbe ” »

  1. kane souleymane dit :

    slt jemappellesouleymane kane je suis eleve de lecole touba diack sao se talibe baye

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|