• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Ibrahima Moctar Sarr, Président de l’AJD/MR: »C’est l’Etat qui doit se charger du retour des déportés et prendre les mesures nécessaires qui s’imposent pour les secourir »
( 28 février, 2008 )

Ibrahima Moctar Sarr, Président de l’AJD/MR: »C’est l’Etat qui doit se charger du retour des déportés et prendre les mesures nécessaires qui s’imposent pour les secourir »

Après son audience avec le Président de la République, Ibrahima Moctar Sarr a tenu une conférence de presse, hier, au siège de son parti pour livrer ses analyses sur la situation politique et sociale du pays marquée principalement  par le retour des déportés et l’adoption du projet de loi portant sur l’amendement  du statut de l’opposition. 

 

Dans son mot d’introduction, le Président de l’AJD/MR, Ibrahima Moctar Sarr,  est revenu à nouveau sur le retour des déportés qui a été possible, selon lui, grâce à la bonne volonté  du Président de la République « qui n’a ménagé aucun effort depuis son élection pour la réussite de ce dossier » dira t-il. Cependant, il a remarqué que l’organisation de ce retour s’est déroulée dans des conditions incompréhensibles voire inacceptables. Après le retour des déportés, une délégation officielle a été dépêchée sur place par l’AJD/MR pour s’enquérir de la situation  qui prévalait dans les trois sites qui ont été aménagés pour la circonstance. A la suite de la visite de ces sites, les responsables de l’AJD/MR ont fait savoir que les conditions n’étaient pas réunies pour que le retour des déportés dans leur pays soit des meilleurs. «Ils étaient dans des abris de fortune. Ils n’avaient plus rien à manger. La dotation qu’on leur avait donnée était pratiquement finie. Les conditions sanitaires étaient déplorables. La proximité et le problème d’hygiène sans parler de la scolarité des enfants qui restaient à régler », a déclaré Ibrahima Moctar Sarr, qui estime qu’une telle situation devait nécessitait un plan d’urgence de la part des autorités qui avaient tardé à réagir promptement et efficacement pour éviter toutes appréhensions ou inquiétudes de la part des déportés «Ce que nous ne comprenions pas c’est que l’Etat ne soit pas en mesure de prendre en charge les citoyens qui sont rentrés. Quelles que soient les critiques adressées au H.C.R. au P.A.M. ou autres, nous pensons que ce sont des organisations d’appoint qui sont venues pour nous aider ». 

A l’en croire, c’est l’état mauritanien qui doit se charger du retour des mauritaniens déportés et prendre les mesures nécessaires qui s’imposent pour les secourir. C’est dans ce cadre qu’Ibrahima Moctar Sarr a adressé une demande d’audience auprès du chef de l’Etat pour s’entretenir avec lui de ce dossier. «J’ai tenu à dire au président de la république par rapport à ce premier contingent  qu’il devait bénéficier d’une attention des plus remarquables pour constituer une sorte de marketing afin que ceux qui ne sont pas encore rentrés aient le courage de rentrer. » 

«Nous devons avoir à l’idée une chose fondamentale : ces compatriotes qui sont rentrés après 19 ans d’exil, sont traumatisés » a reconnu Ibrahima Moctar Sarr qui pense que pour réparer cela, il faudrait une grande action vigoureuse de la part des pouvoirs publics en organisant une grande solidarité populaire. «Nous avons pensé comme on avait fait avec les rapatriés au Sénégal que les déportés ont besoin d’un élan de solidarité de la part du peuple mauritanien tout en entier » a-t-il suggéré  en faisant remarquer que cette solidarité n’a pas été manifestée comme le peuple mauritanien l’avait fait contre le terrorisme ou contre l’occupation d’Israël en Palestine. 

Ainsi donc, pour marquer leur solidarité à leurs compatriotes mauritaniens, l’AJD/MR va organiser le 1er mars à venir une Journée Nationale de Solidarité à la «Case» afin d’amener les mauritaniens à participer à ce retour. «Le retour des déportés est un jalon important sur la voie de la réconciliation nationale. La réconciliation nationale ne peut véritablement aboutir que si elle passe par la réparation des préjudices subis qui vont du retour des déportés à la solution du passif humanitaire », a-t-il conclu en faisant savoir que c’est cela seulement qui pourra déterminer les points de convergence qui assureront la pérennité d’une coexistence pacifique en dépassant certaines passions et certains rancœurs. 

Par rapport au projet de  loi sur le statut de l’opposition, Ibrahima Moctar Sarr a salué l’adoption de cette loi votée par la majorité qui est pour lui un pas important vers l’instauration d’une démocratie véritable en Mauritanie. Cependant, il n’a pas manqué à cette occasion de dénoncer l’exclusion dont son parti a été l’objet, y voyant,  une volonté manifeste de certains de vouloir fragiliser l’opposition. 

 

Babacar Baye Ndiaye 

 

Pas de commentaires à “ Ibrahima Moctar Sarr, Président de l’AJD/MR: »C’est l’Etat qui doit se charger du retour des déportés et prendre les mesures nécessaires qui s’imposent pour les secourir » ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|