• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 avril 2008
( 8 avril, 2008 )

Military Underground: Le Duo de la Médina 3

                                                     

Composé de 10 titres plus un Intro, le premier album de Military Underground «Au Secours» est sorti depuis le 13 mars dernier à Nouakchott. La cérémonie de dédicace a eu lieu le même jour à l’ancienne maison des jeunes.

————-Par Babacar Baye Ndiaye 

Originaire de la Médina 3, le duo de ce groupe de Rap flirte déjà avec le succès : concerts par-ci, voyages par-là sans oublier les interminables autographes des fans et les émissions de radio qui pointent à l’horizon. L’amour, la paix, l’unité des chœurs, la solidarité, la révolte, la foi, l’amertume, la corruption, la souffrance des populations de la ‘Mauri-Tanie’…

Tout y est chanté dans un mélange de français, d’anglais, de poular, de wolof, de bambara et de hassanya. Un album révolutionnaire tant dans les paroles que dans la conception musicale. Du truculent dans la mayonnaise ‘rapologique’ du pays. 

2000-2008 : il a fallu huit ans d’existence à Papa Fall alias P.A et Mamadou Sène Diouf alias F-Diou, chanteurs de Military Underground, pour mettre sur le marché national leur premier album «Au Secours », un appel du cœur ‘lancé à tout celui, qui par sa plume, son esprit de bonne volonté, son influence physico-morale, financière, politique œuvrant dans le sens positif pour une Afrique et un monde meilleur’.

Dans l’intro de leur album, ils se définissent comme ceux qui sont venus délivrer le hip hop mauritanien des préjugés et des injustices dont il est victime. Comprenez par-là le désintéressement dont souffrent de manière générale les musiciens mauritaniens. D’où le titre ‘Considération Zéro’ en featuring avec le tonitruant groupe de Rap Diam Min Tekki. 

Le mouvement du hip hop mauritanien, estiment-ils, doit progresser et emprunter une nouvelle voie qui pourra lui permettre de rivaliser avec les autres pays de la sous-région comme le Sénégal où le Rap est très développé grâce à de multiples efforts consentis dans son rayonnement. 

Leur destin s’est croisé depuis leur tendre enfance dans les rues de la Médian 3, leur ‘bled’. Ayant grandi ensemble et fréquenté les mêmes écoles, P.A et F-Diou sont venus dans le Rap pour être ‘la voix de ceux qui n’ont pas de voix’.

A leurs yeux, le Rap mauritanien a besoin d’un nouveau coup de pouce qu’ils sont venus apporter. Prenant le contre-pied de ceux qui font du Rap pour leurrer le public, ils ont opté pour un Rap ‘real’. Le Rap vulgaire n’est pas leur cadre d’expression : ils le laissent à ceux qui n’ont aucune valeur morale et sociale.

La sortie de leur album «Au Secours » n’a pas changé en aucune manière leur vie ni leur rapport avec les autres. Leurs sources d’inspiration tournent autour des faits divers de société. Le Rappeur, pensent-ils, doit évoluer, changer d’attitude et surtout maîtriser la rhétorique. Leur premier album sorti, ils vont devoir maintenant confirmer qu’ils ne sont pas venus dans le Rap pour faire un passage éphémère comme c’est souvent le cas avec certains musiciens qui ne savent pas suivre les réalités de la musique.  

               rap.jpg

Surprenant, leur album l’est. Dans leur vocabulaire, le mot ‘Amour’ au sens premier du terme n’a pas sa place. C’est pour les autres ! Peut-être qu’ils n’y croient pas. Peut-être qu’ils ne sentent pas ce mot plein de mystères  dans leur texte.

Pour écrire leurs textes justement, P.A et F-Diou sont allés puiser dans la vie quotidienne des populations mauritaniennes. Comme «Au Secours » et «Maatrachi »(en français, rien de nouveau sous le soleil)  qui évoquent respectivement les problèmes de santé que rencontrent les populations et de la corruption galopante dans les services.

Dans leurs critiques, ils n’épargnent personne notamment les hommes politiques pour leurs frasques et leurs mensonges. Ils en veulent à Ould Hamza qui leur a tourné le dos parce que ce dernier avait promis aux jeunes de la Médina 3 qu’ils représentent des monts et des merveilles durant les élections municipales de 2006.

Maintenant, pour voir l’ombre du maire de Nouakchott, ce n’est pas une sinécure. A l’endroit de la jeunesse mauritanienne, ils les consolent en ces termes : ‘ne jamais se désespérer et surtout de tenir le coup’. P.A et F-Diou sont des rappeurs qui n’ont pas leur langue dans leur poche. Non plus, ils ne cachent pas leurs opinions pour dénoncer et dire la vérité.

Par exemple, dans «Maatrachi » en featuring avec Izakaz et Francoman, ils affirment sans fioritures que l’ex-président de la République Maouiya O. Sid’Ahmed Taya mérite le même sort que Sadam Hussein. Tout en campant sur leur position, ils portent sur le dos de Ould Taya toutes les infortunes de la Mauritanie : division communautaire, corruption, injustice, pauvreté, tribalisme, favoritisme… 

Habitant dans un trou perdu(Médina 3), ces jeunes ‘oubliés’ de la République mettent à profit leur statut de leaders d’opinion pour lutter contre le désespoir et la souffrance des populations à travers leurs textes, véritables reflets de leur vécu quotidien.

Trop de gens meurent par négligence, disent-ils, en faisant allusion aux hôpitaux. Ce n’est pas par hasard qu’ils ont écrit ‘Au Secours’ puisqu’ils ont été moult fois témoins de ces négligences humaines dont souffrent souvent nos structures hospitalières. Ecrire des choses vraies et qui parlent des misères des populations, tel semble être le sacerdoce de Military Underground. Nos médecins sont en premier lieu visés par les récriminations de ce groupe de Rap. 

Military Underground qui veut dire en français ‘Les militaires sous la terre’ ne comptent pas s’arrêter en si bons chemins.  Pour véritablement incarner l’esprit militaire, ces jeunes rappeurs sont partis recevoir une formation militaire. Mais rassurez-vous, ils ne sont ni bruts ni des imbéciles.

Pour ce qui concerne Papa Fall, il est allé jusqu’en terminale plus des années d’Anglais à Oasis Book et l’autre Mamadou Sène Diouf est actuellement étudiant dans un centre de formation en comptabilité. Solidement influencés par Dasfxe, Terror Squad, Morgan Héritage, Bob Marley, Tiken Jah Fakoly entre autres, Military Underground, avec son premier album ‘Au Secours’ peut se targuer aujourd’hui d’avoir réussi un coup : celui de la production. 

Dans l’un de leurs morceaux intitulé ‘Rest in Peace’, ils ont rendu hommage aux victimes du bateau  sénégalais ‘Le Joola’ disparues le 26 septembre 2003 aux larges des côtes gambiennes. «Il fallait qu’on le chante pour être quitte avec nos consciences », pensent-ils. 

S’inscrivant dans le combat politique de Nkrumah, Cheikh Anta Diop entre autres panafricains, Military Underground milite pour une Afrique Unie débarrassée de ses vieilles habitudes qui l’empêchent de s’en sortir. Mais ceci passe d’abord par l’unité des cœurs et des actions. D’où le titre ‘Rest in Peace’ en featuring avec Mamy Kanouté qui exprime un véritable plaidoyer envers la fraternité entre les peuples africains. 

                                        

|