( 14 mai, 2008 )

Laye B:Un rappeur tiraillé entre deux cultures

C’est le Sénégal qui l’a révélé au monde entier. C’est dans ce pays que sa véritable histoire a commencé. C’est au pays ‘des lions de la téranga’ qu’il a été découvert par les producteurs sénégalais qui ne lésinèrent pas sur les moyens pour le produire. Alors qu’il venait de débarquer fraîchement de Nouakchott. En 2003, il sort son 1ier album ‘Black à part’ et en 2007 ‘Sénégal-Mauritanie’, son 2ième album. Cet album révélera au grand jour son identité et ses racines. Né d’une mère mauritanienne et d’un père sénégalais, Papa Abdalaye Diop alias Laye B a collaboré avec de nombreux rappeurs sénégalais très connus comme Didier Awadi, Xuman, Bibson, Maxi Crazy, Fata, Daara J…Ceci lui valut d’acquérir, mine de rien, une grande expérience. Agé de 27 ans, Laye B est du genre à aller toujours plus haut, là où on l’attend le moins du monde. Petit à petit, il réussit à se faire un nom et trouver sa place au Sénégal. Dans ce pays, son 2ième pays, il est aimé et adulé comme le dalaï-lama. Mais «Je suis né ici(en Mauritanie, ndlr). J’ai grandi ici. J’ai fait mes études ici. Je connais mieux la Mauritanie que le Sénégal et je suis fier d’être mauritanien. Au niveau du Sénégal, je me suis battu pour qu’on m’accepte en tant que mauritanien. J’ai commencé à chanter en hassanya comme par exemple dans le futur album de Awadi pour prouver que je suis mauritanien. Je ne connais que la Mauritanie», précise Laye B même s’il se sent parfois tiraillé entre deux cultures. 

Actuellement, il est sous contrat avec un studio sénégalais basé à Dakar qui s’appelle ‘Yes’. C’est ce studio d’ailleurs qui a produit ses deux premiers albums sortis au Sénégal. Présentement, il est en train de préparer son nouvel album international qui va sortir sous peu de temps.  On y trouvera dans cet album des sonorités diverses comme le raggae, le RnB, le dance Soul… 

Invité à la première édition de ‘Assalamalekoum Hip Hop Festival’, Laye B est séduit par cette initiative de Monza de réunir pendant des jours certaines célébrités du Hip Hop Mauritanien et étranger. C’est tout naturel donc qu’il apprécie fort bien cette démarche novatrice. De Military Underground à Diam Min Tekky, en passant par, Franco Man, sans oublier les spectacles de Breakdance, les animations de Dj Gee Bayss et les prestations de la Rue Publik et de Daara J Family, la première édition de ‘Assalamalekoum Hip Hop Festival’ a fait mouche. Cette réussite n’a pas laissé Laye B indifférent. «Ce festival est une bonne chose(…). Je ne suis jamais resté ici mais ce festival me pousse à vouloir rester. On sent vraiment que le Hip Hop mauritanien est en train de progresser. » Pour lui, les autorités doivent aussi apporter leur contribution à cette évolution du Hip Hop en Mauritanie en mettant notamment la main dans la poche pour créer des structures propices au développement de cette musique en particulier et surtout soutenir les initiateurs de certains événements culturels comme ‘Assalamalekoum Hip Hop Festival’ qui demande beaucoup de budget. Dans l’immédiat, il compte revenir en Mauritanie pour monter un projet du genre ‘Grammy Awards’ où les rappeurs mauritaniens recevront des distinctions honorifiques pour les encourager davantage à persévérer. Mais pour que le Rap puisse se développer aussi, dit-il, il faut que les rappeurs regardent vers la même direction en exploitant leur diversité linguistique(soninké, wolof, hassanya et poular) qui constitue un avantage musical incommensurable. 

Invitant ses frères rappeurs, il les exhorte néanmoins à véhiculer dans leurs textes des messages d’unité car, selon lui, la Mauritanie en a actuellement besoin. «Un président, il ne peut pas rassembler les populations mais un artiste peut le faire. Lorsqu’un président veut parler aux populations, il amène un artiste. Une société qui veut faire de la publicité, elle prend un artiste. Donc, la responsabilité, c’est les artistes. S’ils regroupent les gens, c’est pour une cause. » 

Marié depuis 5 ans et père d’un enfant, pas la peine de lui demander si les jeunes filles le draguent, lui qui est un rappeur connu de tout le monde. «Cela ne manque pas. Mais moi, j’ai dépassé ce stade. Je suis marié et je me sens très bien en famille. Pour vraiment faire de la musique, il faut être un vrai responsable c’est à dire être marié. C’est cela ma philosophie. Le respect que je donne à ma femme et à mon enfant, c’est le respect que je donne à tout le monde que je croise dans la rue. » Lorsqu’il n’est pas au Sénégal où il a signé ses contrats, il est en Mauritanie pour se ressourcer. Ce pays qui l’a vu grandir et qu’il porte tant dans son cœur. Au Sénégal, Laye B représente dignement la musique Mauritanie. 

 

Babacar Baye Ndiaye 

  

  

 

 

 

Pas de commentaires à “ Laye B:Un rappeur tiraillé entre deux cultures ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|