• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Le mutisme de Ely sur la crise actuelle, la liberté d’expression, les mouvements de soutien au HCE…au menu des discussions entre la presse indépendante et les responsables du FNDD autour d’un Ftour
( 27 septembre, 2008 )

Le mutisme de Ely sur la crise actuelle, la liberté d’expression, les mouvements de soutien au HCE…au menu des discussions entre la presse indépendante et les responsables du FNDD autour d’un Ftour

Autour d’un Ftour, les responsables du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) ont dégouliné toute leur amertume sur le dos du Haut Conseil d’Etat dirigé par le Général Mohamed O. Abdel Aziz, tout en bivouaquant sur leur position : le retour de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi au poste de Président de la République. La Mauritanie, depuis le coup d’Etat du 6 août dernier, est divisée en deux camps : les pro-putschistes et les légalistes. Ceci a créé un climat de tiraillements, de confusion dans l’esprit des populations et de chasses croisées entre ces deux camps. «Nous ne sommes pas à l’origine de ce qui s’est passé », a dégagé d’un revers de la main Boïdiel Ould Homeïd, ancien ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République et actuel Secrétaire Général du parti PNDD-Adil.

Cette rencontre informelle entre la presse indépendante et les responsables du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) fut une occasion de parler du rôle que doit mener la presse nationale mauritanienne dans la crise politique actuelle que traverse la Mauritanie, faute de dépassement et surtout de dialogue franc entre les interlocuteurs, chacun renvoyant la responsabilité sur le compte de l’autre camp.

Après avoir salué la présence de la presse à ce Ftour, Boïdiel Ould Homeïd a souligné la nécessité pour la presse nationale de participer à l’amélioration de notre système politique en y jetant un regard critique par rapport à ce que nous vivons présentement et ce qui a été réalisé par les régimes précédents c’est-à-dire sur notre expérience démocratique.

Entre les journalistes et ceux qui réclament vaille que vaille le retour de la légalité constitutionnelle, l’atmosphère était plutôt détendue et bon enfant. Certains responsables même du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) en ont profité pour dévoiler leurs qualités d’humouristes.

Plus qu’une rencontre informelle, le Ftour organisé solennellement par le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) était destiné à faire les yeux doux à la presse écrite indépendante. D’ailleurs, ce ne sont pas les éloges qui ont manqué, ce 25 septembre à l’hôtel Chinguetty Palace (Pub gratuite). «La liberté de presse est un bien précieux pour la démocratie. Il faut que la presse soit libre. Mais, il faut qu’elle soit aussi sérieuse pour qu’elle soit responsable. Il faut qu’elle soit courageuse, qu’elle fouille et dise la vérité », lâche Ladji Traoré, Secrétaire Général de l’Alliance Populaire Progressiste qui n’a pas manqué de souligner, en citant Nelson Mandela, que la presse doit tenir un rôle de redresseur vis-à-vis des acteurs de la vie publique.

Aujourd’hui, la Mauritanie est dans une mauvaise passe. Et, est-ce que le Front National pour la Défense de la Démocratie(FNDD) serait-il disposé à faire des concessions pour sauver notre pays d’une situation inextricable qui compromettrait son unité nationale et sa cohésion sociale ?

Les responsables du FNDD ont préféré renvoyer la réponse au Haut Conseil d’Etat (HCE) et à ses thuriféraires qu’ils accusent d’usurpateurs. Sur ce point, Boïdiel Ould Homeïd a fait savoir qu’il n’y a pas de dialogue à engager avec le HCE. En outre, les responsables du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) ont fustigé l’exploitation pernicieuse et abusive que le Général Mohamed Ould Abdel Aziz est en train de faire de notre charte fondamentale.

Depuis le coup d’Etat du 6 août dernier, l’ancien président du Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD) n’a pas fait de déclaration officielle pour condamner ou approuver ce coup d’Etat. Mieux encore, depuis son retour de l’extérieur, il s’est emmuré dans un silence imperceptible. Et, cela inquiète les responsables du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD). «Est-ce que vous avez entendu parler d’une quelconque expression de Ely sur ce sujet, sur ce qui se passe actuellement. Lui ! On dit que c’est le père de la démocratie mauritanienne. Et, l’enfant est en train d’être malmené. Donc, son papa doit crier, doit réagir », déclare Mohamed Ould Maouloud, président de l’Union des Forces de Progrès, avec beaucoup d’ironie.

Toujours, en marge de ce Ftour, les responsables du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) s’en sont pris ouvertement au Qatar, au Soudan et à la Libye qui ont adressé des lettres de félicitation récemment au Haut Conseil d’Etat. «On vient d’avoir une véritable tragédie et ce n’est pas le moment d’adresser des félicitations. Ils devaient plutôt envoyer des condoléances », a dit Ould Maouloud en qualifiant cela de «bourde diplomatique ».

Etaient présents à ce Ftour, Jémil Mansour, président de Tawassoul, Ba Mamadou Allassane de Plej et Abdoulaye Mamadou Ba, ancien conseiller et porte-parole à la Présidence de la République avant le coup d’Etat militaire du 6 août 2008. Mais, ils n’ont pas la parole ! Après la bataille populaire, le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) s’engage maintenant dans la bataille médiatique en faisant les yeux doux à la presse indépendante. Plus malins qu’eux, tu meurs !

Babacar Baye Ndiaye

Pas de commentaires à “ Le mutisme de Ely sur la crise actuelle, la liberté d’expression, les mouvements de soutien au HCE…au menu des discussions entre la presse indépendante et les responsables du FNDD autour d’un Ftour ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|