• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Mohamed Ould Moine, porte-parole du Gouvernement: »Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi n’est pas titulaire d’un titre immobilier sur la Présidence de la République »
( 20 novembre, 2008 )

Mohamed Ould Moine, porte-parole du Gouvernement: »Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi n’est pas titulaire d’un titre immobilier sur la Présidence de la République »

Au même jour du transfèrement de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, renversé le 6 août 2008 par le général Mohamed Ould Abdel Aziz, à son village Lemden, le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, Mohamed Ould Mohamed Abdrehmane Ould Moine, a appelé le président déchu, à l’occasion d’une conférence de presse, à suivre l’exemple du premier Président de la République Islamique de Mauritanie, feu Me Moctar Ould Daddah, renversé lui aussi par un régime militaire. 

 S’expliquant sur la libération de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, Mohamed Ould Mohamed Abdrehmane Ould Moine a laissé entendre que  » c’est tout à fait normal » puisque celle-ci s’inscrit en droite ligne dans « les traditions mauritaniennes ». En outre, il a révélé que le Président déchu « s’est engagé à quitter la (scène) politique et à laisser les mauritaniens choisir librement de sortir de la situation actuelle ».  

Par ailleurs, a souligné le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, « on ne peut pas l’empêcher de jouir de ses libertés » et en revanche se permettre de le  » cautionner comme Président de la République ». « Nous ne le considérons pas comme tel. Car, il ne l’est pas », dit-il à qui veut l’entendre. « Nous voulons que la classe politique laisse ce monsieur (Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, Ndlr) jouir de sa retraite », lance-t-il. 

Cela veut dire, en termes plus clairs, que la page Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est désormais tournée. Et, la junte militaire au pouvoir s’est judicieusement arrangée pour l’envoyer prématurément en retraite. D’ailleurs, le président déchu a toujours constitué une épine dans le pied du Haut Conseil d’Etat (HCE). Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement s’est expliqué, en filigrane, sur la longue détention surveillée de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. « On a toujours voulu le mettre hors d’état de nuire », donne-t-il comme justification.  

Ce relâchement de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, qui intervient à une semaine du second round des négociations entre l’Union Européenne et le Haut Conseil d’Etat est perçu comme un signe d’ouverture de la part de la junte au pouvoir. Il va changer, sans aucun doute, les rapports de force d’une part entre le HCE et la classe politique hostile au coup d’Etat du 6 août 2008 et d’autre part entre l’Union Européenne et la junte militaire au pouvoir. 

Pour le moment, les autorités campent toujours sur leur position et espèrent parachever leur mouvement de rectification quelque soit le prix à payer et malgré l’opposition de la Communauté Internationale qui continue à demander le rétablissement de l’ordre constitutionnel. « Nous voulons que tous les mauritaniens participent aux Etats Généraux sur la Démocratie afin de sortir un compromis nécessaire pour jeter les bases d’une Mauritanie nouvelle, une Mauritanie libre, une Mauritanie démocratique et surtout d’une Mauritanie transparente dans sa gestion des fonds publics », plaide Mohamed Ould Mohamed Abdrehmane Ould Moine. 

Selon le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, la Mauritanie « est un pays souverain ». « Certains pays ont une évaluation erronée de ce qui se passe en Mauritanie », dit-t-il en allusion à la France ou les Etats-Unis d’Amérique qui demandent le retour à l’ordre constitutionnel. « Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi a été effectivement élu, reconnaît-il. Mais, il n’est pas titulaire d’un titre immobilier sur la Présidence de la République ».

Pour lui, comme pour cautionner le mouvement de rectification du 6 août 2008, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi a failli à sa mission. »Il a gravement échoué et perdu la confiance du peuple mauritanien », insiste-t-il en affirmant que « ceux qui sont avec lui n’ont jamais voté pour lui ». « Ils l’utilisent comme un moyen de marchandage politique. Tout en restant gentilhommesques, je leur demande de faire de la politique et de laisser cette personne (Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallhi, Ndlr) tranquille », lance-t-il. Et sur un ton menaçant qui frise l’arrogance, il lâche : « Pour nous, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi n’est pas le Président de la République. C’est fini ».

Au cours de sa conférence de presse, le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement a évoqué le niveau d’évolution des prises de contact concernant les « Etats Généraux sur la Démocratie » que le gouvernement a eues avec certains partis politiques et syndicats. « Nous sommes disposés à s’ouvrir à tous les mauritaniens qui veulent trouver, par le dialogue, des solutions à la situation actuelle », a-t-il soutenu.

Mohamed Ould Mohamed Abdrehmane Ould Moine, en réaction au budget 2008-2009, s’est dit satisfait de la situation financière actuelle du pays marquée par la maîtrise de l’inflation. « Cela prouve que quand la volonté politique existe et qu’on est conscient des responsabilités, on peut bien gérer nos moyens pour améliorer le niveau de fonctionnalité et d’investissement dans le pays », dit-il.

« Nous sommes en train de régler les problèmes du pays par des méthodes basées sur la transparence, la bonne gestion et la fermeté dans la gestion des finances publiques », a-t-il dit estimant que « la majorité de nos problèmes sont d’ordre organisationnel et non structurel ».

Par Babacar Baye Ndiaye 

Pas de commentaires à “ Mohamed Ould Moine, porte-parole du Gouvernement: »Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi n’est pas titulaire d’un titre immobilier sur la Présidence de la République » ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|