( 20 novembre, 2008 )

UE-HCE: Le Fndd prêt à jouer un rôle de facilitateur

Tout en fustigeant l’immobilisme des putschistes, le Front National pour la Défense de la Démocratie semble toujours croire au rétablissement de la légalité constitutionnelle. A l’occasion de leur énième conférence de presse, les responsables de ce front ont fait part encore de leur inquiétude sur la situation « ubuesque » et « ridicule » sans précédent que traverse le pays sur le plan social, économique et politique.  

Devant des militants, cette fois-ci moins nombreux qu’à l’accoutumée, le nouveau président en exercice du Front National pour la Défense de la Démocratie Monsieur Saleck Ould Sidi Ahmed, par ailleurs vice-président de Tawassoul, a passé en revue la situation du pays dominée ces temps-ci par les vagues d’arrestations dans leurs rangs.

Le transfert de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dans la nuit du 12 au 13 Novembre dernier ne semble pas satisfaire le Front National pour la Défense de la Démocratie. Pour eux, cet acte n’est que de la poudre aux yeux et que par conséquent, cela ne diminue en rien leur détermination à poursuivre leur combat jusqu’à ce que ce dernier soit rétabli dans ses fonctions de Président de la République.

Le fait que le Président déchu puisse « discuter » avec ses proches ne contente pas entièrement le Front National pour la Défense de la Démocratie qui estime que son transfert constitue « une mascarade » visant à leurrer intentionnellement le peuple mauritanien et la communauté internationale « à qui on veut faire croire qu’il y a eu quelque chose de nouveau ».

Le Fnnd est sans équivoque : le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz qui dénient toujours la légalité constitutionnelle et prend des décisions illégales continue à narguer le peuple mauritanien et la communauté internationale. Toutefois, le Front National pour la Défense de la Démocratie a révélé qu’il était prêt à devenir facilitateur entre l’Union Européenne et le Haut Conseil d’Etat pour trouver une solution à la crise actuelle qui mine le pays depuis 3 mois.

Cela suppose d’abord, à leurs yeux, l’annulation de toutes les décisions constitutionnelles, législatives, administratives et institutionnelles prises par le Haut Conseil d’Etat durant ces 3 mois d’exercice du pouvoir. Et, surtout le respect des engagements pris par les militaires avec l’Union Européenne en 2005 et leur mise à l’écart définitive du jeu politique. Une fois que ces conditions sont tenues en considération, le Fndd est disposé à dialoguer avec le Haut Conseil d’Etat pour sortir de la crise actuelle.

Le Front National pour la Défense de la Démocratie qui ne reconnaît pas toujours la légitimité du pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz est revenu sur les récentes arrestations dans leurs rangs en y voyant de la provocation pure et simple. Ces arrestations traduisent, selon le Fndd, « une hystérie qui commence à affecter les putschistes » et s’apparentent à « une chasse aux sorcières et un règlement de comptes » dans le but d’affaiblir leur camp. Ils n’ont pas manqué de sonner l’alarme sur une telle situation en faisant savoir qu’aujourd’hui aucun mauritanien n’est épargné par cet état de fait.

Par ailleurs, ces vagues d’arrestations montrent, toujours selon le Fndd, « l’incapacité des putschistes à mesurer l’extrême gravité de la situation dans laquelle ils mettent ce pays délibérément pour juste satisfaire les ambitions personnelles de quelques-unes ».

Sur le plan de la gestion des ressources économiques, le Fndd a dénoncé l’amateurisme et l’attitude irrationnelle des nouvelles autorités du pays. Cela risque de conduire, considèrent les responsables du Fndd, la Mauritanie vers une « faillite économique irréversible ». Ils ont mis en garde le peuple mauritanien et la communauté internationale contre les dérives de l’actuel régime militaire qui peuvent acheminer la Mauritanie dans « une situation qui ne pourra plus être redressée sur le plan économique parce que simplement la faillite a été organisé à travers des dirigeants qui n’ont ni l’expérience ni la compétence pour gérer les affaires publiques ».

Au lieu de fouiner dans leur rang, le Fndd a interpellé les autorités de dire la vérité aux mauritaniens et à l’opinion internationale sur le niveau d’enquête de l’affaire de la drogue et notamment les tenants et les aboutissants de l’attaque de Tourine où 11 soldats mauritaniens ont péri. L’affaire de la drogue et l’attaque de Tourine paraissent rangées dans les tiroirs de l’oubliette. Et, le Fndd n’a pas manqué l’occasion de rappeler aux militaires putschistes leur devoir d’éclairer la lanterne des mauritaniens.

Enfin, ils appelé les autorités militaires à esquiver à la Mauritanie l’isolement diplomatique et économique qui pourrait à son tour engendrer une révolte populaire

Par Babacar Baye Ndiaye

                                    Communiqué de Presse du Fndd

Quelques heures seulement après le transfert du Président de la République , Son Excellence Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi de son lieu de séquestration à Nouakchott vers Lemden, les autorités putschistes ont procédé à une vaste campagne d’arrestations ayant touché le Premier Ministre, M. Yahya Ould Ahmed El Waghf et quelques hauts responsables et personnalités d’envergure nationale, dont plusieurs leaders, militants actifs ou sympathisants du FNDD.

La junte inscrit ces nouvelles arrestations dans ce qu’elle prétend être une enquête sur des actes de gestion; masquant ainsi une chasse aux sorcières désormais claire pour l’opinion nationale et internationale.

Persistant dans cette même logique, les putschistes ont arrêté, jeudi 13 novembre, Monsieur Abdoulaye Mamadou Bâ, Conseiller Porte- parole du Président de la République.

Cette nouvelle escalade s’inscrit dans le cadre de la campagne de diversion menée par la junte militaire, prise des convulsions de fin règne, pour leurrer l’opinion nationale et internationale.

Face à ces manœuvres pitoyables et mesquines qui visent à masquer une perturbation réelle et un manque d’assurance avéré, le FNDD :

1-     condamne le nouveau cycle de répression, d’amalgame et de musellement des libertés visant, en premier lieu,  les personnalités et  cadres engagés dans la résistance au putsch et le combat pour un retour immédiat et inconditionnel à la légalité constitutionnelle ;    

2- réitère sa condamnation de l’obstination de la junte militaire à séquestrer le Président de la République, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, désormais interné à Lemden ;

3-     se félicite de la persévérance de la communauté internationale et de la fermeté de sa position quant au rétablissement immédiat et inconditionnel du Président de la République dans la plénitude de ses fonctions.  

                                                                      Nouakchott, le 15 Novembre 2008 

Pas de commentaires à “ UE-HCE: Le Fndd prêt à jouer un rôle de facilitateur ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|