• Accueil
  • > ACTUALITES
  • > Des dizaines de familles jetées en pâture dans la rue aux Kebbas Mendèz d’El Mina
( 20 septembre, 2010 )

Des dizaines de familles jetées en pâture dans la rue aux Kebbas Mendèz d’El Mina

Les opérations de recensement engagées par l’Agence de Développement Urbain (A.d.u.) dans les Kebbas Mendèz d’El Mina ont plongé les habitants de ce quartier dans le désarroi et suscité des réactions d’indignation.

Après le passage des équipes de recensement de l’Agence de Développement Urbain (A.d.u.), des dizaines de familles ont été jetées en pâture dans la rue. Le spectacle est désolant : des dizaines de baraques en fortunes démolies ainsi que leurs biens accumulés pendant de longue période complètement détruits. Ce bric-à-brac montre la manière avec laquelle les opérations de déguerpissement et de démolition se sont déroulées. Sous l’œil vigilant des éléments de la Garde Nationale.

Les habitants n’y sont pas allés de main morte pour dénoncer vivement le recensement de l’Agence de Développement Urbain qui s’est déroulé, selon eux, dans des conditions peu transparentes. « La majorité des gens n’ont pas été recensés. Ce n’est pas sérieux. Depuis 2000, je vis ici. On a attribué des terrains à certains alors qu’ils n’ont jamais vécu dans la zone. Mon travail connait un coup d’arrêt à cause de cette situation », confie Fodé Seck. « On nous a dit d’attendre. Mais, attendre qui ? On attend quoi », fulmine-t-il.

Comme Fodé Seck, de nombreux pères de famille se sont retrouvés dans la même situation que lui. Ici, dans les Kebbas Mendèz d’El Mina, la plupart des habitants vivent dans l’extrême pauvreté. C’est avec beaucoup de difficulté qu’ils sont parvenus à acheter leurs baraques aujourd’hui complètement démolies.

En attendant d’être édifiés sur leur sort, ils ont commencé à trinquer au supplice de l’errance et de l’expropriation. Et, pour le moment, ils ne savent pas dans quel autre endroit ils seront relogés.

Face à ce désespoir des populations des Kebbas Mendèz d’El Mina, des organisations de défense des droits de l’Homme comme l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste sont montées au créneau pour se solidariser des familles abandonnées dans la rue et victimes d’expropriation foncière, de destruction de leurs demeures, de leurs baraques par les services de l’Agence de Developement Urbain (A.d.u.).

Le président de cette organisation, Birame Ould Dah, a dénoncé le manque de soutien de ces habitants de la part de certains érudits comme Mohamed Hacen Ould Dedew qui avait fait un geste à l’endroit des populations de Palestine en leur donnant deux millions d’ouguiyas.

Mais, il a surtout attaqué le directeur de la cellule de l’A.d.u. chargée de la réhabilitation des quartiers précaires Sidi Mohamed Ould Sidi Amar qu’il accuse d’user les « services et autorité de l’Etat » pour déguerpir injustement les habitants de ce quartier précaire situé à El Mina.

Babacar Baye NDIAYE 

Pas de commentaires à “ Des dizaines de familles jetées en pâture dans la rue aux Kebbas Mendèz d’El Mina ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|