• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 septembre 2010
( 26 septembre, 2010 )

La Police disperse un sit-in des exclus du recensement de l’ADU

41kebbasmendz.jpg

Des centaines de personnes venues des Kebbas Mendèz d’El Mina se sont rassemblées, dans la matinée du 26 septembre, près de la Primature pour dénoncer leur exclusion du récent recensement effectué par l’Agence de Développement Urbain (A.d.u.). La Police a fait usage de matraques pour disperser très rapidement la manifestation.

Sidi Mohamed Ould Brahim, un des manifestants, a dénoncé cette attitude de la police, estimant que leur manifestation visait uniquement à informer le Premier ministre de leur situation. Aujourd’hui, on estime entre 5.000 et 6.000 personnes ayant fait les frais du recensement de l’Agence de Développement Urbain (A.d.u.).

A titre de rappel, ce n’est pas la première fois qu’une opération de recensement est effectuée au niveau des Kebbas Mendèz d’El Mina par les services du Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat. Le premier recensement remonte en 2000.

A cette époque, la Banque Mondiale avait financé, à la suite d’une étude, la construction de nouveaux logements destinés aux pauvres des Kebbas Mendèz d’El Mina. Puis, il y’eût un recensement complémentaire piloté par la préfecture d’El Mina. Celui-ci visant à combler les insuffisances du premier recensement.

Ce recensement sera remis en cause par l’Agence de Développement Urbain qui mettra en place un nouveau programme de relogement en ignorant ceux qui ont été déjà inscrits. D’où toute la polémique qui a entouré les opérations de recensement de l’Agence de Développement Urbain.

Les populations des Kebbas Mendèz d’El mina affirment qu’ils ont battu le macadam pour protester contre « les pressions » dont elles sont victimes et « les manipulations de gens puissants » qui tirent les ficelles de cette affaire.

Composées de 18 secteurs, les Kebbas Mendèz d’El Mina couvrent une superficie de plus en plus convoitisée. « Il y’a eu une mise à l’écart délibérée au sujet du recensement effectué par l’Agence de Développement Urbain », a affirmé Maouloud Ould Boubi, ajoutant que cette exclusion n’a concerné que les Harratines et les Négro-mauritaniens. « Aujourd’hui, les Kebbas Mendèz d’El Mina sont en train de s’écrouler sous le poids de l’explosision démographique. Du coup, le besoin foncier devient de plus en plus important « , a-t-il ajouté.

Depuis mi-septembre, les opérations de recensement de l’Agence de Développement Urbain ont déclenché l’ire d’une bonne partie des populations des Kebbas Mendèz d’El Mina, un quartier très précaire et caractérisé par l’extrême pauvreté. Avant la dispersion de la manifestation par les forces de l’ordre, les protestataires ont appelé « le gouvernement, le Hakem, le Ministre de l’Urbanisme et de l’habitat et le Président de
la République à prendre leurs responsabilités » dans cette affaire en les rétablissant dans leurs droits.

Babacar Baye NDIAYE 

|