• Accueil
  • > ACTUALITES
  • > Affaire Birame et Cie-Policiers d’Arafat : Me Mohamed Bilal Ould Dick parle de « disqualification des faits » et de « violation flagrante du droit de la défense »
( 29 décembre, 2010 )

Affaire Birame et Cie-Policiers d’Arafat : Me Mohamed Bilal Ould Dick parle de « disqualification des faits » et de « violation flagrante du droit de la défense »

mohamedbilaloulddick.jpg

L’un des avocats de Birame Ould Dah Ould Abeid et ses amis qui séjournent actuellement à la prison civile de Nouakchott, Me Mohamed Bilal Ould Dick, a déclaré dimanche matin, au cours d’une conférence de presse, que l’article 46 du Code de Procédure Pénale ne pourrait justifier à lui seul leur arrestation et leur inculpation, faisant remarquer qu’on ne peut pas instruire deux fois sur une situation de flagrant délit.

Me Mohamed Bilal Ould Dick a affirmé que l’enquête et l’instruction sur les faits au sujet des affrontements entre les policiers du commissariat d’Arafat et des militants de l’IRA-Mauritanie ont montré « une violation flagrante du droit de la défense« , « une prolongation de délai du garde-à-vue des prévenus » et « une disqualification des faits« .

« Le fait fondamental, c’est une affaire d’esclavage qui a été dénoncée dans les bonnes formes et maintenant on est dans une situation de deux dossiers différents », a déclaré l’avocat qui a rappelé qu’il y’a une « loi qui réprime cette situation d’esclavage et c’est une obligation légale pour tout mauritanien de dénoncer tout cas qui a été repéré ».

Pour Me Mohamed Bilal Ould Dick, Birame Ould Dah Ould Abeid et ses compagnons de prison se sont limités à dénoncer des cas d’esclavage. « Lorsqu’on dénonce un cas d’esclavage, il y’a lieu à ce que les autorités aillent voir ce qui se passe. Au départ, il y avait une volonté et d’un coup, l’affaire s’est retournée. Ainsi, celui qui dénonçait le crime s’est retrouvé en prison », a éclairé Me Mohamed Bilal Ould Dick.

L’ouverture du procès de Birame Ould Dah Ould Abeid et de ceux qui ont été arrêtés avec lui est prévue le 29 décembre 2010 au Palais de Justice de Nouakchott. En attendant, Me Mohamed Bilal Ould Dick a appelé la justice mauritanienne à la clarté. « Ce n’est plus le moment des scénarios, des mensonges. C’est le moment de dire la vérité, d’être transparent », a-t-il déclaré.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

Pas de commentaires à “ Affaire Birame et Cie-Policiers d’Arafat : Me Mohamed Bilal Ould Dick parle de « disqualification des faits » et de « violation flagrante du droit de la défense » ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|