• Accueil
  • > ACTUALITES
  • > La Renaissance Africaine ne saurait se faire contre la mondialisation, selon Salem Merzoug
( 29 décembre, 2010 )

La Renaissance Africaine ne saurait se faire contre la mondialisation, selon Salem Merzoug

merzougouldmohamed02.jpg

L’actuel Haut-commissaire de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (O.m.v.s.) Salem Merzoug a indiqué jeudi matin dans une communication présentée en marge du 3e Festival Mondial des Arts Nègres (F.e.s.m.a.n.) qui se déroule au Sénégal que la Renaissance Africaine ne saurait se concevoir et se faire en dehors ou contre la mondialisation.

Il a soutenu dans ce sens que cette « Renaissance Africaine doit enclencher une double dynamique d’apparence asymétrique » à savoir l’adaptation et la résistance.  » S’adapter pour tirer les meilleurs avantages de ses effets bénéfiques et résister à ses implications négatives », a-t-il expliqué.

Néanmoins, Salem Merzoug a assuré qu’on ne saurait envisager une quelconque Renaissance Africaine sans réponses globales et structurantes.

Et, pour y arriver, il a proposé ce qu’il appelle « l’africanisme solidaire » qui est une sorte de modèle référent, une manière audacieuse d’espérer et un pari optimiste.

A ses yeux, c’est de cette voie dépendent notre devenir collectif et l’Etat-nation pour « construire des bases nouvelles et des ressorts solides arrimés à des plateformes solidaires construites à rebours des tentations du chacun pour soi de nos Etats et de nos populations », a-t-il dit en appelant les Africains à « créer les conditions optimales d’une insertion dans le système monde gage de nos intérêts collectifs à long terme et d’une sécurité durable de nos citoyens ».

« Le temps n’est plus aux tergiversations et au non choix. Celui des décisions courageuses est arrivé pour poser les fondements d’une Afrique ambitieuse, réconciliée et sûre d’elle-même, apte à arpenter les falaises abruptes de la modernité et, au final, mieux se préparer à affronter les tempêtes récurrentes qui secouent notre monde », a conclu Salem Merzoug.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

Pas de commentaires à “ La Renaissance Africaine ne saurait se faire contre la mondialisation, selon Salem Merzoug ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|