• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 4 janvier 2011
( 4 janvier, 2011 )

Selon Mamadou Kalidou Bâ, Birame Ould Dah et ses compagnons n’ont fait que leur travail

Mamadou Kalidou Bâ

‘La loi (sur l’esclavage, Ndlr), nous ne l’avons pas voté et il ne nous appartient pas de l’appliquer mais nous sommes là pour dire aux autorités de l’appliquer’, a précisé dimanche matin dans une conférence de presse le président en exercice par intérim du Front de Lutte contre l’Esclavage, le Racisme et l’Exclusion Mamadou Kalidou Bâ.

« On nous considère aujourd’hui comme des terroristes. On nous tombe dessus. On prend nos camarades que l’on met aux arrêts. Cela sans aucun fondement et après nous subissons un lynchage médiatique qui nous fait passer pour des bourreaux »
, s’est-t-il insurgé.

Mamadou Kalidou Bâ a affirmé que Birame Ould Dah Abeid et ses compagnons n’ont fait que leur travail qui a consisté, selon lui, à assister des victimes de l’esclavage.

Il a ensuite indiqué qu’ils ont « été voir les partis politiques, les parlementaires, des Ongs » mais aussi « adressé des missives aux principales chancelleries occidentales, arabes et africaines » pour les informer de la situation. « Nous allons continuer à faire des marches, des meetings pour exiger la libération de nos camarades et pour dénoncer la continuation de la pratique de l’esclavage et du racisme d’Etat », a-t-il ajouté.

Le Front de Lutte contre l’Esclavage, le Racisme et l’Exclusion va organiser ce mardi, a révélé Mamadou Kalidou Bâ, « une marche de protestation ». « Nous avons introduit une demande légale conformément à la loi qui nous autorise à manifester lorsque nous le désirons. Mais, si, on veut nous en empêcher en n’appliquant pas la loi, nous manifesterons », a-t-il déclaré.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

 

( 4 janvier, 2011 )

Les réfugiés mauritaniens au Sénégal dans l’incertitutde d’un retour au pays

refugiesretourrosso.jpg

Plus de 5.000 réfugiés mauritaniens candidats au retour organisé dans le cadre d’un accord tripartite entre les gouvernements du Sénégal, de Mauritanie et le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), signé en novembre 2007, sont envahis par un sentiment d’incertitude en ce début d’année 2011, a appris lundi la PANA auprès de différentes associations.

Mamadou Wane
, porte-parole du Comité directeur de la Coordination des Associations des réfugiés mauritaniens au Sénégal, déclare qu’aucune information n’est fournie par la représentation du HCR à Dakar, pouvant rassurer les 5.000 réfugiés mauritaniens qui attendent encore leur rapatriement.

« On ne nous a pas dit que la porte du retour organisé est fermée, mais d’après l’agence onusienne, tout dépendrait des bonnes dispositions du gouvernement mauritanien », renseigne Mamadou Wane.

Des candidats au retour dont fait parti Amadou Habibou Thiam, qui fait partie des candidats au retour, fulmine contre les autorités mauritaniennes, sénégalaises et du HCR qui, selon lui « prolongent indéfiniment notre longue attente« .

Environ 19.000 réfugiés mauritaniens au Sénégal ont été rapatriés vers leur pays entre le 29 janvier 2008 et le 31 décembre 2009.

Une récente vague de rapatriement achevé le 31 décembre 2010 a également permis le retour en Mauritanie de 1.300 réfugiés accueillis sur des sites disséminés dans différentes régions notamment de la vallée du fleuve.

Ces populations avaient été expulsées de Mauritanie à la suite des affrontements inter- ethniques de fin avril 1989, qui avaient fait plusieurs centaines de victimes de part et d’autre du fleuve Sénégal servant de frontière naturelle entre la Mauritanie et le Sénégal.

Source: CRIDEM avec PanaPress

 

|