• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 8 janvier 2011
( 8 janvier, 2011 )

Une dame licenciée pour refus d’être transférée dans une autre agence de Western Union Parinacom

vire1.jpg

Une dame répondant au nom de Hawa Camara, gérante et caissière d’une agence de Western Union Parinacom, depuis le 01 septembre 2008, s’est plaint d’avoir été licenciée sans motif, révélant qu’elle travaillait dans des conditions difficiles, moyennant un salaire mensuel de 30.000UM.

« Je travaillais plus de 12 heures par jour, et sans congés annuels ni repos hebdomadaires. Un jour, mon employeur a décidé de me transférer dans une autre agence située au Carrefour Madrid sans prime de transport alors que je réside au 5ème arrondissement« , a dit Hawa Camara.

 » Après presque deux ans, de bons et loyaux services, et souvent au risque de ma vie, j’ai été licenciée par son employeur, le 27 décembre 2010, sans aucun motif valable », a-t-elle soutenu.

La CGTM qui a été saisie par Hawa Camara s’est offusquée de ce licenciement et estime que cette société aurait seulement prétexté le refus de cette employée d’être transférée au niveau de l’agence située au Carrefour Madrid sans prime de transport pour se débarrasser d’elle.

La CGTM a aussi indiqué que Western Union Parinacom n’a jamais voulu déclarer Hawa Kane au niveau de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale après 2 années de services rendus et déclare enfin que le licenciement a été prononcé sans observation des dispositions de l’article 46 du Code du Travail.

« Au niveau des agences Western Union Parinacom, les droits des employées sont constamment bafoués et les lois ne sont jamais respectées »
, a indiqué une source au niveau de la CGTM.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem 

 

 

( 8 janvier, 2011 )

Un père soupçonné d’avoir violé puis sodomisé sa fille

violeefille.jpg

Un père, soupçonné d’avoir violé et sodomisé sa fille âgée de 17 ans, a été appréhendé puis gardé à vue au niveau de la Brigade des mineurs de Socogim Ps, à la suite d’une plainte déposée par l’Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant, a-t-on appris mercredi auprès d’une source proche de cette Ong.

Lundi dernier, vers 11h, cette jeune fille a été accueillie par le centre El Wafa de l’Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant.

Cette jeune fille, dont la mère vit actuellement au Sénégal, était sans cesse abusée sexuellement par son père. Pour se sauver des griffes de ce dernier, elle décida de chercher du travail et trouva refuge auprès d’une femme restauratrice.

« Les week-end, elle ne partait pas chez elle. Sous le poids de la souffrance, elle faisait des crises et pleurait tout le temps. C’est ainsi que sa patronne l’amena à l’hôpital. Et, une fois examiné, elle avait de l’hémorroïde. Elle avouera par la suite que c’est son père qui en est responsable », a indiqué une source proche de l’Ong.

La dame s’est ensuite rendue à la Brigade des mineurs pour porter plainte contre le père de la jeune fille accusé de viol et de sodomie sur mineure avec la contribution de l’Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem

|