( 22 janvier, 2008 )

Meurtre des 4 touristes français près d’Aleg:Une mise à l’épreuve judiciaire, diplomatique et sécuritaire !

Trois semaines après le meurtre des 4 touristes français près d’Aleg, les deux principaux suspects sont actuellement en train d’être cuisinés par la police mauritanienne dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler «la tuerie du 24 décembre 2007 ». En attendant de retrouver le troisième suspect dont l’arrestation est imminente, la justice mauritanienne se prépare à un «grand procès ». Un précédent dans notre pays ! Retour sur les péripéties de l’assassinat des 4 touristes français. 

————Par Babacar Baye Ndiaye

Le 24 décembre 2007, on apprend qu’une famille de touristes français est attaquée. Bilan : 4 morts sauvagement abattus et un rescapé, un vieux de plus de 60 ans. Conséquences : le secteur du tourisme est au ralenti et le Paris-Dakar est annulé après de multiples tractations dans les bureaux du Ministère de l’Intérieur mauritanien entre les organisateurs et les autorités mauritaniennes.

Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi mit au parfum promet que tout sera fait pour retrouver les assassins. Après leur forfait qualifié de «crapuleux», les meurtriers, des mauritaniens prirent la poudre d’escampette. Direction : le Sénégal, parce que c’est plus près. Pendant ce temps-là que fait la police routière ? Comment donc expliquer le fait que les meurtriers aient pu disparu très rapidement dans la nature? Ya-t-il  des taupes dans la police qui auraient participé à cette disparition mystérieuse ? 

Quelques heures plutard, l’information est relayée à travers le net et très rapidement. Toute la presse internationale en fait ses choux gras envoyant même des reporters sur place ou faisant des débats là-dessus : France 24, Al Jazeera, de même que la presse indépendante. 

Pendant ce temps, les autorités mauritaniennes, dans un communiqué rendu public le lendemain de la tuerie et comme on pouvait s’y attendre, «déplorent et condamnent cet acte criminel » et assurent avoir «mobilisé tous les moyens nécessaires à l’effet de rechercher, identifier et punir les coupables ». 

L’indignation est perceptible ! Les communiqués condamnant cet acte barbare tombent simultanément. Les partis politiques, la société civile, les organisations de défense des droits de l’homme, bref toute la Mauritanie, fait un appel à toutes les composantes de la nation en vue de s’unir pour éviter que de tels actes qui sont préjudiciables à l’image de notre pays ne se reproduisent. 

Les jours suivants nous édifieront davantage sur ce meurtre. On sait maintenant que cet acte barbare n’est pas l’imagination de bandits armés comme l’avait annoncé le gouvernement mauritanien. Ceci pour des raisons politiques et diplomatiques. Des incidents troublants nous édifient sur l’identité des meurtriers, plus proches de l’aile d’Al Quaida au Maghreb arabe qui confirme ces liens, dans un communiqué, avec des islamistes mauritaniens. Désormais, l’enquête va privilégier la piste terroriste. 

L’armée nationale fait aussi parler d’elle. Un remue-ménage qui tombe à pic car la Mauritanie est vraisemblablement menacée par les attaques terroristes car, trois jours après l’assassinat des 4 touristes français, on apprend que des militaires mauritaniens sont tués dans le Nord-Est de la Mauritanie à El Ghallaouiya. Félix Négri est nommé chef d’Etat major de l’armée nationale. Malgré les assurances du gouvernement mauritanien, la France fait une évaluation du niveau de risque que représente un déplacement en Mauritanie après le meurtre des 4 touristes français près d’Aleg. 

La mort des 3 soldats mauritaniens vient jeter une douche froide et nous rappelle l’attaque d’une caserne militaire à Lemghéitty attribuée au GSPC en 2005 et soldée par le trépas d’une quinzaine de soldats mauritaniens. On parle du syndrome de Lemghéitty.

Et jusqu’à présent, c’est ça qui est un peu curieux, l’identité des auteurs de l’attaque mortelle d’Al Ghallaouiya n’a pas été identifiée. Aucune lumière sur les tenants et les aboutissants de cette attaque ! On en saura que dalle. Ceci démontre que la Mauritanie ne pourra faire face au terrorisme sans disposer de moyens logistiques et financiers conséquents pour lutter ou contrecarrer les attaques terroristes. 

L’enquête sur le meurtre des 4 touristes français fait son petit bonhomme de chemin. A cet égard, on apprend de sources judiciaires, que les auteurs de la «tuerie du 24 décembre 2007 » seraient proches d’Al Quaida au Maghreb islamique(AQMI), la nouvelle appellation du groupe salafiste pour la prédication et le combat algérien. Ce qu’on ignorait c’est que deux d’entre  eux avaient été arrêtés en 2006 pour «appartenance à des groupes extrémistes  salafistes». L’un d’entre eux fut libéré sans inculpation et l’autre acquitté après son procès. Et le 3ième ? Boule de mystère pour le moment. 

La tuerie des 4 touristes français et l’embuscade mortelle d’El Ghallaouiya viennent greffer et conforter les suspicions qui ont toujours peser sur l’efficacité de l’appareil de sécurité et de l’administration territoriale. Après l’attaque d’El Ghallaouiya, c’est l’alerte maximale au niveau de l’Etat major de l’armée nationale qui mobilisa des unités de l’armée. Malgré ce vacarme de bottes des militaires, les auteurs de l’assassinat des 4 touristes vont parvenir à s’éclipser dans les ténèbres. 

Le 29 décembre 2007, le colonel Ely Ould Mohamed Ould Khal est nommé au poste de chef d’état-major adjoint de l’armée nationale. Une nomination mal vue et mal appréciée par les organisations de défense des droits de l’homme qui la qualifient d’irrespectueux et de manquements aux principes de la morale. Ceci est un autre débat et mériterait d’être clarifié ! 

Le 2 janvier 2008, un autre communiqué, cette fois-ci de la primature, tombe. Dans le communiqué, elle prend le contre-pied des «mauvaises volontés » qui voudraient galvauder l’image du pays, regrette les douloureux événements qui ont ulcéré tout le pays tout en les qualifiant d’actes isolés.

Tout ceci pour esquiver justement la réalité. Le gouvernement mauritanien ne préférant pas appeler un chat, un chat ! En l’occurrence, la présence d’activistes scabreux sur le territoire mauritanien. Au même moment, les condamnations et les dénonciations contre l’assassinat des 4 touristes français continuent de pleuvoir. Même les partis politiques d’obédience religieuse comme le Parti National pour la Réforme et le Développement de Jémil Mansour blâme cet acte «barbare et lâche ».

Chacun semble être concerné. On condamne sur toute la ligne. Partis politiques, érudits religieux, organisations de la société civile, tout le monde semble être conscient du danger qui guette la Mauritanie. On semble dire que la Mauritanie n’est pas la Somalie ni le Pakistan encore moins l’Afghanistan où chaque jour des attentats ou attaques terroristes ont lieu. 

Les contrôles de sécurité  se renforcent sur les axes de route nationale du pays, sur les points névralgiques des centres urbains comme Nouakchott et au niveau des frontières notamment avec l’Algérie qui constitue la fourmilière, le lieu de refuge, de repli stratégique, d’encadrement et d’opération des groupes islamistes se revendiquant d’Al Quaida au Maghreb. 

La mobilisation est générale. Pas de répit surtout pour nos services de sécurité. Car, en effet, depuis plus de trois semaines, c’est tous les services de renseignement de la police, de la gendarmerie et de l’armée qui sont mobilisés dans le cadre de l’enquête de l’assassinat des 4 touristes français à Aleg le 24 décembre 2007. C’est une véritable chasse à courre qui s’engage à la poursuite des auteurs de cet assassinat qui ont pris la fuite vers le Sénégal en traversant le fleuve Sénégal appuyé en cela par des individus qui ont été à leur tour interpellés, appréhendés puis relâchés pour certains et incarcérés pour d’autres. 

4 janvier 2008, coup de tonnerre : le Rallye Paris-Dakar de l’édition 2008 est annulé pour des raisons d’insécurité. La raison d’Etat l’emporte.

Le gouvernement mauritanien semble être pris de court et choqué par la décision du gouvernement français de «déconseiller fortement » ses ressortissants à se rendre en Mauritanie.

La pilule sera amère et dure à avaler par la Mauritanie qui affirme que cette «décision » n’a aucun rapport avec la réalité en terme de sécurité dans notre pays. La bataille des communiqués ou plutôt la bataille diplomatique entre la France et la Mauritanie aura été pleine de suspens et de rebondissements, chacune essayant de légitimer sa position.

«C’est la sagesse qui a prévalu avec l’annulation du rallye » dira Michèle-Alliot Marie, la ministre française de l’Intérieur qui soutiendra qu’ «en ce moment, des groupes se réclamant d’Al Quaida ont la volonté de commettre des actions fortes et symboliques » contre les intérêts français. 

Ce n’est plus un doute, il existe bel et bien des activistes terroristes en Mauritanie. La preuve, de jeunes mauritaniens sont tout le temps recrutés à coup de dollar ou d’euro pour aller combattre dans les pays occupés par les occidentaux. 

Le vendredi 11 janvier 2008, au moment où une marche pour célébrer la journée nationale contre le terrorisme, on apprend que deux des trois présumés assassins des 4 touristes français tués le 24 décembre dernier à Aleg et considérés comme des proches d’Al Quaida sont appréhendés en Guinée Bissau. Ces derniers avouent n’avoir aucun regret d’avoir tué des «infidèles et des alliés américains » et «sont prêts à répéter le geste s’ils en ont encore l’occasion». 

Le message est à la fois édifiant et terrifiant car il révèle à n’en pas douter un crime avec préméditation. Le parcours de ces deux présumés est troublant à plus d’un titre. L’un des présumés du nom de Sidi Ould Sidna avait été arrêté en novembre 2006 pour appartenance à un groupe terroriste et aurait, selon des informations de la police mauritanienne, subi des entraînements militaires dans les maquis du GSPC algérien.

Et l’autre présumé arrêté du nom de Mohamed Ould Sidi Chabrnou aurait eu lui aussi des relations avec le GSPC et reçu une formation militaire. Naturellement, donc, on pourrait penser que ces deux jeunes se seraient connus en Algérie. Leur  appartenance à Al Quaida qui compte plus de 500 hommes armés dont 400 en Algérie et une centaine se déplaçant dans la zone sahélienne entre la Mauritanie et le Mali ne fait plus l’ombre d’un doute.

En outre, l’itinéraire pris par les jeunes terroristes montre l’existence de cellules dans les pays comme le Sénégal, la Mali, la Gambie, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. Ces deux jeunes auraient-ils été appréhendés sans le concours des roussins français qui n’ont cessé de pister les fugitifs dans leur fuite d’Aleg jusqu’à Bissau en passant par le Sénégal et la Gambie ?

Le fait qu’ils aient pu sortir du territoire mauritanien a surpris plus d’un et soulevé beaucoup d’interrogations. En attendant la capture du dernier présumé qui se trouve actuellement au Mali, a-t-on appris, l’enquête se poursuit. Depuis le début de cette affaire, 14 personnes sont arrêtées et entendues par la police dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat des 4 touristes français. 

Dans le cadre de la lutte contre l’activisme islamiste, on annonce l’arrivée de soldats américains qui vont former des unités méharistes mauritaniennes patrouillant le long de la frontière avec l’Algérie, le Sahara occidental et le Mali. Mais ceci suffira-t-il à venir à bout de l’expansionnisme dangereux des groupuscules armés se réclamant d’Al Quaida au Maghreb ? 

Quoiqu’il en soit, il faut prendre au sérieux l’existence d’un réseau d’hommes et de soutien logistique dont la réalité ne fait plus aucune suspicion. A cet égard, il faut noter que c’est la stabilité de la Mauritanie qui est en jeu. Ce pays, jusque là épargné des attaques terroristes risque de basculer dans le fondamentalisme religieux. 

Le fondamentalisme religieux, c’est le feu avec lequel les autorités ne devraient pas badiner au péril de se voir calciner les doigts. La tuerie des 4 touristes français et l’attaque mortelle d’El Ghallaouiya constituent à n’en pas douter des messages clairs et des avertissements sérieux. 

( 3 octobre, 2007 )

ANAPEJ:Mise en œuvre de stratégies de lutte contre le chômage

En Mauritanie, le chômage touche presque 2 jeunes sur 3 de moins de 30 ans. Pour rétrécir cette proportion criarde et inverser la tendance, l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi des Jeunes a élaboré des stratégies de lutte contre le chômage.

La Mauritanie n’échappe pas aux tentacules du chômage. D’après des statistiques fournies par le Ministère de l’Emploi, de l’Insertion et de la Formation Professionnelle, le taux de chômage excéderait la barre des 40%. Un taux très élevé estiment certains si l’on regarde l’échantillon de la population mauritanienne et les diverses opportunités relatives aux ressources naturelles dont dispose la Mauritanie et susceptibles de booster l’économie nationale.

C’est dans ce cadre, que le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie, en vue de diminuer le taux de chômage très élevé, a crée par décret l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi des Jeunes pour soustraire le taux de chômage de plus en plus fort et préoccupant. Mais surtout de trouver des solutions à la crise de l’emploi que traverse actuellement notre pays.

Contrairement à d’autres pays surtout européens, le chômage dans notre pays ne constitue pas encore un enjeu politique majeur. Les jeunes continuent d’affronter inexorablement le chômage. On se rappelle encore de l’énorme bousculade qu’il y a eu devant l’ANAPEJ au mois d’août dernier, lorsque le Ministère de l’Emploi, de l’Insertion et de la Formation Professionnelle et le Ministère du Travail et des Affaires Sociales du Royaume d’Espagne ont signé un accord le 25 juillet 2007 portant sur la régulation et la gestion des flux migratoires entre la Mauritanie et le Royaume d’Espagne.

C’est dire combien la situation est assez difficile pour les jeunes mauritaniens, surtout ceux sortant des écoles professionnelles et de formation, de trouver un travail décent.

Les entreprises qu’elles soient du public ou du privé ne recrutent plus ou se font sur des critères contraires aux principes de justice et d’équité. Les autorités en sont tellement conscientes que le PM a laissé entendre substantiellement, durant sa visite au Ministère de l’Emploi, de l’Insertion et de la Formation Professionnelle ainsi que toues les structures et établissements relevant dudit ministère souvent rangé dans la catégorie «des ministères inutiles» que le changement passe par la résorption quantitative du taux de chômage.

Dans cette optique, l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi des Jeunes a initié quatre programmes ou axes prioritaires dans le cadre de la lutte contre le chômage : le programme de l’auto emploi, le programme de placement, l’Observatoire de l’emploi et enfin le programme de développement des compétences.

Le Programme de l’auto emploi

Ce programme se justifie par l’insuffisance de l’offre d’emploi, notamment l’emploi salarié, sur le marché national. A travers ce programme, l’ANAPEJ vise la promotion de l’emploi indépendant chez les jeunes demandeurs d’emploi. Il cherche à faire profiter aux jeunes demandeurs d’emploi des opportunités visant à les orienter vers la création des petits et micro projets générateurs de revenus et créateurs d’emploi.

Ce programme a pour objectif d’abord, de promouvoir l’esprit d’initiatives et d’entreprises chez les jeunes demandeurs d’emploi ensuite, de renforcer les capacités entrepreneuriales et managériales des demandeurs d’emploi et enfin, de faciliter l’accès au crédit aux demandeurs d’emploi.

Signalons que c’est l’ANAPEJ elle-même, à travers un partenariat, qui confiera la gestion de lignes de crédit aux structures financières(IMF et autres) destinées à financer les projets soumis par les jeunes. Au titre de ce partenariat, ces dernières seront responsables de la gestion, du suivi et du recouvrement des prêts consentis aux bénéficiaires.

Le programme de placement

Ce programme a pour mandat de faire une prospection approfondie du marché de l’emploi pour connaître les besoins et les potentialités afin de favoriser l’émergence et la multiplication des opportunités d’emplois salariés pour les jeunes demandeurs d’emploi.

Cette prospection conduit à la création de partenaires multiples entre l’Agence et les administrations, les partenaires au développement, les organisations professionnelles d’employeurs et de travailleurs, les collectivités locales, la société civile, les hommes d’affaire etc.

Grâce à sa connaissance du marché, l’agence réalise des contacts avec les employeurs potentiels, identifie des programmes d’insertion, sur la base des besoins exprimés et procède à la sélection des candidats selon les profils souhaités. En effet, contrairement au programme de crédit qui profite à toutes les catégories sans distinction, le placement quant à lui, fait souvent appel à des profils spécifiques pour des besoins déterminés et des compétences bien définies par les employeurs.

L’agence est très souvent mise à contribution par les administrations pour effectuer des recrutements à durée déterminée d’un grand nombre d’agents(recrutements, gestion du processus électoral, enquêtes d’envergure…) comme elle reçoit des enquêtes émanant de partenaires ou d’employeurs qui cherchent à faire des recrutements directs.

Dans ce cas, l’agence joue un rôle de référence et d’expertise pour l’identification des profils idéaux grâce à sa base de données sur les chômeurs qui offrent une gamme variée de choix aux recruteurs. Pour ce faire, l’agence réalise des missions et des contacts sur tout le territoire national pour s’enquérir des opportunités et pour établir des partenariats durables pour la création d’opportunités d’emploi.

L’Observatoire de l’Emploi

Pour mieux cibler ses actions et affiner ses stratégies, l’Agence partira d’une connaissance exacte de la situation du chômage dans le pays : chiffres, marché de travail, population cible, tendances, opportunités, limites etc.…pour cela, elle a mis en place un département de l’Observatoire de l’emploi chargé de collecter, de traiter et de diffuser les données sur la situation du chômage dans sa globalité et plus spécifiquement celui des jeunes.

Le département à travers ses activités met à la disposition des autres départements, des décideurs et des chercheurs, des données actuelles nécessaires à la prise de décision et à la planification des actions. L’une des missions fondamentales du département est de réaliser des études et des enquêtes sur les questions de l’emploi.

Ces études sont réalisées en vue de connaître les déterminants du chômage dans le pays et les facteurs intervenants dans sa réduction. Dans cette perspective, le département identifie en collaboration avec les autres départements techniques de l’Agence les études dans les différents thèmes portant sur son domaine d’intervention.

Le département de l’Observatoire jouera un rôle fondamental dans la mise en œuvre des programmes de l’Agence notamment en tant qu’acteur stratégique dans l’orientation de ses programmes à travers la production, l’analyse et la diffusion d’indicateurs sur l’emploi. Il sera aussi au cœur des préoccupations visant à maximiser la lisibilité des actions de l’agence.

Programme de développement de compétences

Parmi les programmes que l’Agence a mis en œuvre pour la promotion de l’emploi, la formation occupe une place prépondérante dans la mesure où les employeurs privilégient, en premier lieu, les compétences dans l’expression de leurs besoins de recrutement.

S’ajoute à cela le fait que les besoins du marché en travail qualifié soient actuellement très importants alors que les qualifications disponibles ne répondent pas aux besoins du marché. L’Agence, consciente de ce problème, s’appuie sur la formation, la reconversion et l’adaptation professionnelles comme axes stratégiques en vue d’augmenter les chances d’employabilité de son public cible.

Pour arriver à la réalisation des objectifs du programme, des formations variées sont mises en œuvre en fonction des besoins exprimés en formation qualifiante, en formation de reconversion et enfin en formation en petits métiers.

Babacar Baye Ndiaye

( 2 octobre, 2007 )

Objectifs du Millénaire pour le Développement:L’égalité des sexes et l’autonomisation des Femmes

En 2000, à l’instar des autres états membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU), la Mauritanie s’est engagée à éliminer toutes les formes de disparités entre les sexes. Sept ans après sa souscription à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement(OMD), où en est notre pays en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes ? Enquête.

«Le premier rôle de la femme est de rester au foyer.» Ces paroles, extraites de Tribaliques, un ouvrage de Henri Lopez, écrivain et homme politique congolais, appartiennent désormais à une époque révolue où la femme était considérée comme «un objet de volupté», où elle n’avait aucun rôle à jouer dans la société, par conséquent marginalisée, tenue en marge de tout ce qui est inhérent aux prises de décision voire aux prises de position se rapportant à l’évolution sociale et politique de son pays.

Signe des temps : la femme a pris des galons, a pris conscience du rôle qui lui est dévolu et surtout acquis de l’expérience. En un mot, un nouveau jour est en train de se lever est-on tenté de dire. Dans presque tous les pays du monde, plus particulièrement dans les pays en développement, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes occupent des places de choix dans les programmes de développement économique et social des gouvernements. Qu’en est-il de notre pays ?

En Mauritanie, déjà, depuis 1985, le gouvernement a adopté un vaste programme de réformes économiques et financières destinées à rétablir les grands équilibres macro-économiques, à relancer la croissance et à lutter contre la pauvreté.

Ainsi donc, sur le plan social et politique, des pas ont été franchis par le gouvernement mauritanien vers l’intégration et la responsabilisation des femmes. A cet égard, des femmes ont été nommées ambassadrices(deux) et walis(deux). Même cas de figure qui pourrait se présenter pour la nomination des hakems où on peut s’attendre à la nomination plus importante des femmes.

Au niveau du gouvernement, trois femmes ont été nommées aux postes de secrétaires généraux même si le nombre de femmes ministres n’a pas augmenté par rapport à la transition. En outre, même si la présence des femmes sur la scène politique est assez singulière, on compte maintenant deux femmes leaders de partis politiques : madame Sehla Mint Ahmed Zaîd du Parti National El inma(PNI) récemment reconnu et madame Naha Mint Mouknass de l’Union pour la Démocratie et le Progrès(UDP).

A l’assemblée Nationale et au sénat, on compte maintenant 17 femmes députées et 9 femmes sénatrices. En outre, Nouakchott qui ne comptait qu’une seule mairie dirigée par une femme en compte maintenant trois dirigées par des femmes. Certains concours administratifs, jusque là inaccessibles aux femmes, sont ouverts à elles. C’est le cas dans l’armée, la gendarmerie, la garde nationale et la police. Même dans l’aviation civile, elles ont «arraché» leur place.

C’est le cas de Ilham Mint Zeidane 23 ans et Maimouna Mint Mohamed Mbarek 24 ans, toutes deux pilotes à saint Hubert à Montréal. Des précédents !Comme quoi, les femmes sont aussi capables. «Je crois que ce n’est pas suffisant, estime Aminétou Mint Ely Présidente de l’Association des Femmes Chefs de Famille(AFCF). I

l faudrait que le quota des 20% soit matérialisé au niveau de l’administration, de la diplomatie, de la magistrature, dans toutes les sphères de l’Etat. Mais surtout, il est très important qu’elles accèdent à la magistrature…Elles sont marginalisées et victimes de l’injustice. Il faut que ce quota soit appliqué. On ne peut pas faire deux poids deux mesures.» Sur le plan social, les femmes à travers des organisations sont impliquées dans tous les grands dossiers : réconciliation nationale, esclavage, retour des déportés, passif humanitaire…actions humanitaires.

Malgré la volonté politique clairement affichée par les autorités du pays en premier lieu le Président de la République de promouvoir l’accès des femmes aux sphères de décision, de réduire leur faible accès à l’éducation, à la santé et aux outils de production, les actions en faveur de l’émancipation de la femme mauritanienne se heurtent à de nombreux obstacles au sein de la société.

La persistance de la pauvreté qui frappe les femmes, les disparités entre hommes et femmes en matière d’accès aux services et aux ressources, l’inégalité devant les structures politiques et économiques, le partage inégal des pouvoirs et des responsabilités décisionnelles, le non respect des droits des femmes, la persistance des mauvais traitements infligés aux petites filles et la violation de leurs droits fondamentaux, la non-scolarisation des filles et l’analphabétisme sont autant de paramètres qui ont été identifiés et qui constituent réellement des empêchements à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes.

C’est vrai que la constitution consacre l’égalité juridique entre les hommes et les femmes, qu’un texte de loi rendant obligatoire l’enseignement des filles de 6 à 14 ans a été adopté en 2002. Certes, dans le but d’assurer l’égalité des sexes, la Mauritanie a signé la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination contre la femme adoptée par l’assemblée générale des nations unies en 1979 de même que ratifiée son protocole facultatif, le 11 novembre 2001.

Certes, le gouvernement mauritanien s’est engagé, à l’issue des journées de concertation, organisées en octobre 2005, à adopter et mettre en œuvre un quota de représentativité de 20% au profit des femmes, aux fonctions électives. Mais ceci mis à part, il y a toujours des problèmes, des discriminations, des revendications de la part des associations de défense des droits de la femme : notamment la ratification du protocole additionnel de la charte africaine des droits de l’homme que la Mauritanie n’a pas ratifiée et qui est très important pour la femme mauritanienne.

Il y a aussi la non harmonisation des lois internes avec les conventions internationales. Pourtant, les traités et accords internationaux conclu par la Mauritanie, où est reconnu et garanti le principe d’égalité, ont une autorité supérieure aux lois de l’Etat et doivent être obligatoirement exécutés. C’est le cas du code du statut personnel et du code de la famille qui comportent des lacunes.

Il y a aussi les réserves sur la CEDAW que la Mauritanie tarde encore à ratifier. C’est également le cas des dispositions de l’article 9 de la convention de Montevideo sur la nationalité des femmes qui avait consacré le principe de la non-discrimination en disposant que «aucune distinction fondée sur le sexe n’existera au regard de la nationalité, dans la législation ou la pratique» n’ont pas encore de traduction dans le droit interne mauritanien qui demeure régi par le code de nationalité de 1961 dont certaines dispositions ne sont pas tout à fait conformes au principe d’égalité consacré par cet article.

Et pourtant, la constitution mauritanienne consacre dans son article 80 la supériorité des conventions internationales régulièrement ratifiées sur la législation. L’Etat mauritanien est-il bien armé pour relever les défis que constituent l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ? Notre pays parviendra-t-il à réaliser ce troisième objectif du millénaire pour le développement d’ici 2015 ?

«En tout cas, face à des structures étatiques composées de féodaux, de maîtres esclaves, de personnes sectaires, de conservateurs, la femme mauritanienne n’aura pas sa place dans cette société même si on veut construire ce pays sur des bases égalitaires et sans discrimination» pense Aminétou Mint Ely.

La promotion de la femme passe d’abord par le travail c’est bien connu. En d’autres termes, favoriser ou créer une indépendance économique des femmes car, tant qu’elles attendront de l’homme quelque chose elles ne pourront pas être indépendantes de celui-ci et seront toujours aliénées.

L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ne demandent pas de fonds même s’il a un aspect développement. Il ne s’agit pas non plus de créer «un féminisme isolant». Mais de favoriser un certain nombre de paramètres qui sont la garantie de la promotion des femmes et de leurs accès aux sphères de décision.

C’est dans ce cadre qu’un document portant Stratégie Nationale de Promotion Féminine a été élaboré en vue d’améliorer les conditions d’existence durables de la femme et renforcer son statut dans la société.

Celle-ci, qui repose sur une vision à l’horizon 2015, se traduira par un renforcement de la participation économique des femmes, par une éradication de l’analphabétisme doublé d’un accès à l’éducation de base pour toutes, par une amélioration de la santé maternelle et infantile, par une grande participation politique et sociale de la femme et enfin par une reconnaissance entière de ses droits.
 

Babacar Baye Ndiaye

|