• Accueil
  • > Recherche : femme mauritanienne
( 14 mai, 2008 )

Nominations aux postes de Ministres: Comment peut-on construire la Mauritanie en marginalisant la couche la plus représentative de la population ?

En une année, le Président de la République, celui qu’on reproche à tort ou à raison d’être un maître Aliboron aura tout donné et tout permis. Il a accordé à la presse davantage de liberté et d’espace d’expression. Aux réfugiés mauritaniens, il a organisé dignement leur retour. Aux femmes, il les a fait accéder aux postes de gouverneurs et d’ambassadrices. Il a fait voter une loi criminalisant l’esclavage. A chaque fois qu’il a ressenti la nécessité de recevoir la classe politique, il l’a fait. 

Entre autres, il a déclaré la guerre à la corruption et a appelé tous les mauritaniens à combattre et dénoncer ce fléau méprisable. Régulièrement, il reçoit le chef de l’opposition pour discuter avec lui du pays, de la politique, de l’économie, du social, etc. Il a décidé d’augmenter le salaire des fonctionnaires alors que rien ne l’astreignait à le faire. 

Pour montrer qu’il est un homme d’ouverture, de concertation et de dialogue, il associe deux partis politiques de l’opposition(Union des Forces de Progrès et Tawassoul) à la gestion des affaires de la République. Lui, au moins, a le mérite d’avoir essayé que les mauritaniens se réconcilient entre eux. Et certainement, ce n’est pas à lui non plus qu’on va reprocher d’être un Président despote. 

C’est vrai, par essence, toute œuvre humaine est défaillante. Mais ceux-là même qui dénigrent ou qui sont actuellement en train de le faire auraient-ils proposé quelque chose de meilleur ? 

Dans la vie, tout est une question de temps. Ça ne coûte pas grand-chose d’attendre et de voir. Quatre ans encore ! Pour juger l’action gouvernementale, pour apprécier le trajet emprunté par nos autorités. Eh ! Oui, pour sanctionner aussi  tous ceux qui n’ont pas été à la hauteur des missions, des espoirs, des attentes et des réalisations. 

Le processus vers la démocratie est irréversible. Il faut prouver aux mauritaniens de tout bord, de toute communauté que tout est possible dans la vie sauf si on n’y croit pas. Ce qu’il faut, c’est de rassurer les esprits qui pensent que le changement ne va jamais s’acquérir ou se produire un jour. Certains mauritaniens ont tellement souffert de la dictature, des brimades, des humiliations de tout acabit qu’ils n’y croient plus. A ceux-là, il faut tenir un discours rassurant et novateur. 

Aujourd’hui, chacun peut se prétendre être le messie. Chacun d’entre nous peut se prévaloir aujourd’hui d’être à l’avant-garde des intérêts du pays et du peuple mauritanien. On ne forge pas un pays sur des intentions qui ne sont pas suivies d’actions et d’effets. On a tellement perdu de temps et de peine dans ce domaine qu’on a l’impression de vivre le supplice de Tantale. Beaucoup de mauritaniens ont vécu dans la souffrance et la douleur. On nous a toujours fait croire, nous autres, que notre wagon était accroché à la locomotive. 

Aujourd’hui, il y a beaucoup de raisons de croire que nous sommes sur la voix. La voix du vrai. La voix de la vérité. Pendant longtemps, on nous a caché la réalité. On aura monté les uns contre les autres. C’est dire que nous avons du chemin encore à parcourir. Du chemin pour ‘reconstruire’ les idées, les mœurs et les mentalités. Du temps, pour établir un nouvel Etat difforme de ce que nous avons connu dans le passé. 

Mais surtout du temps, pour ‘mettre bas’ une jeunesse décomplexée. Une jeunesse qui aura ses propres idoles dans son propre pays. Une jeunesse qui n’aura plus besoin de s’identifier à d’autres cultures du monde. Une jeunesse qui n’aura plus besoin d’aller exporter des valeurs et des principes ailleurs. Cela, bien sûr, n’est pas réalisable à court terme. Mais, il faut y croire. La jeunesse mauritanienne a toujours montré qu’elle voulait respirer, vivre et surtout être comme les autres. Cette jeunesse a toujours rêvé de choses grandes et grandioses. Il appartient aux autorités de ce pays de les réaliser. 

Les germes de la paix et de la réconciliation nationale, c’est en elle qu’il faut la semer. Parce qu’elle est fertile. Parce qu’elle est innocente. Parce qu’elle est plus apte à la germination. Mais le Président et son Premier ministre ont déçu en matière de responsabilisation de la jeunesse mauritanienne.

Par exemple, Ils auraient pu confier le ministère de la jeunesse ou le ministère de l’insertion, de l’emploi et de la formation professionnelle à des jeunes. Comment peut-on construire la Mauritanie en marginalisant la couche la plus représentative de la population ? Au lieu de ça, on promeut de vieux rapaces qui ont déjà fait leurs preuves en matière de politique et de gestion économique.

Mais que faire c’est cela aussi les règles de la politique. On ne compose qu’avec ceux qui gagnent. On n’y peut rien et souvent c’est dur à avaler! Pour preuve, dans le gouvernement politique de large ouverture que vient de mettre en place Ould Waghef, on n’a pas remarqué l’ombre d’un jeune mauritanien promu à un poste ministériel. Mais que des politicards, comme disent certains, rompus à la tâche. Promus, en contrepartie, pour leur expérience, leur influence et surtout pour leur poids électoral. 

Babacar Baye Ndiaye 

( 14 mai, 2008 )

Laye B:Un rappeur tiraillé entre deux cultures

C’est le Sénégal qui l’a révélé au monde entier. C’est dans ce pays que sa véritable histoire a commencé. C’est au pays ‘des lions de la téranga’ qu’il a été découvert par les producteurs sénégalais qui ne lésinèrent pas sur les moyens pour le produire. Alors qu’il venait de débarquer fraîchement de Nouakchott. En 2003, il sort son 1ier album ‘Black à part’ et en 2007 ‘Sénégal-Mauritanie’, son 2ième album. Cet album révélera au grand jour son identité et ses racines. Né d’une mère mauritanienne et d’un père sénégalais, Papa Abdalaye Diop alias Laye B a collaboré avec de nombreux rappeurs sénégalais très connus comme Didier Awadi, Xuman, Bibson, Maxi Crazy, Fata, Daara J…Ceci lui valut d’acquérir, mine de rien, une grande expérience. Agé de 27 ans, Laye B est du genre à aller toujours plus haut, là où on l’attend le moins du monde. Petit à petit, il réussit à se faire un nom et trouver sa place au Sénégal. Dans ce pays, son 2ième pays, il est aimé et adulé comme le dalaï-lama. Mais «Je suis né ici(en Mauritanie, ndlr). J’ai grandi ici. J’ai fait mes études ici. Je connais mieux la Mauritanie que le Sénégal et je suis fier d’être mauritanien. Au niveau du Sénégal, je me suis battu pour qu’on m’accepte en tant que mauritanien. J’ai commencé à chanter en hassanya comme par exemple dans le futur album de Awadi pour prouver que je suis mauritanien. Je ne connais que la Mauritanie», précise Laye B même s’il se sent parfois tiraillé entre deux cultures. 

Actuellement, il est sous contrat avec un studio sénégalais basé à Dakar qui s’appelle ‘Yes’. C’est ce studio d’ailleurs qui a produit ses deux premiers albums sortis au Sénégal. Présentement, il est en train de préparer son nouvel album international qui va sortir sous peu de temps.  On y trouvera dans cet album des sonorités diverses comme le raggae, le RnB, le dance Soul… 

Invité à la première édition de ‘Assalamalekoum Hip Hop Festival’, Laye B est séduit par cette initiative de Monza de réunir pendant des jours certaines célébrités du Hip Hop Mauritanien et étranger. C’est tout naturel donc qu’il apprécie fort bien cette démarche novatrice. De Military Underground à Diam Min Tekky, en passant par, Franco Man, sans oublier les spectacles de Breakdance, les animations de Dj Gee Bayss et les prestations de la Rue Publik et de Daara J Family, la première édition de ‘Assalamalekoum Hip Hop Festival’ a fait mouche. Cette réussite n’a pas laissé Laye B indifférent. «Ce festival est une bonne chose(…). Je ne suis jamais resté ici mais ce festival me pousse à vouloir rester. On sent vraiment que le Hip Hop mauritanien est en train de progresser. » Pour lui, les autorités doivent aussi apporter leur contribution à cette évolution du Hip Hop en Mauritanie en mettant notamment la main dans la poche pour créer des structures propices au développement de cette musique en particulier et surtout soutenir les initiateurs de certains événements culturels comme ‘Assalamalekoum Hip Hop Festival’ qui demande beaucoup de budget. Dans l’immédiat, il compte revenir en Mauritanie pour monter un projet du genre ‘Grammy Awards’ où les rappeurs mauritaniens recevront des distinctions honorifiques pour les encourager davantage à persévérer. Mais pour que le Rap puisse se développer aussi, dit-il, il faut que les rappeurs regardent vers la même direction en exploitant leur diversité linguistique(soninké, wolof, hassanya et poular) qui constitue un avantage musical incommensurable. 

Invitant ses frères rappeurs, il les exhorte néanmoins à véhiculer dans leurs textes des messages d’unité car, selon lui, la Mauritanie en a actuellement besoin. «Un président, il ne peut pas rassembler les populations mais un artiste peut le faire. Lorsqu’un président veut parler aux populations, il amène un artiste. Une société qui veut faire de la publicité, elle prend un artiste. Donc, la responsabilité, c’est les artistes. S’ils regroupent les gens, c’est pour une cause. » 

Marié depuis 5 ans et père d’un enfant, pas la peine de lui demander si les jeunes filles le draguent, lui qui est un rappeur connu de tout le monde. «Cela ne manque pas. Mais moi, j’ai dépassé ce stade. Je suis marié et je me sens très bien en famille. Pour vraiment faire de la musique, il faut être un vrai responsable c’est à dire être marié. C’est cela ma philosophie. Le respect que je donne à ma femme et à mon enfant, c’est le respect que je donne à tout le monde que je croise dans la rue. » Lorsqu’il n’est pas au Sénégal où il a signé ses contrats, il est en Mauritanie pour se ressourcer. Ce pays qui l’a vu grandir et qu’il porte tant dans son cœur. Au Sénégal, Laye B représente dignement la musique Mauritanie. 

 

Babacar Baye Ndiaye 

  

  

 

 

 

( 28 avril, 2008 )

Unité et diversité culturelle:Les atouts d’une démocratie en marche

Les événements dramatiques de 1989 et les différentes répressions militaires qui s’en suivirent ont jeté un véritable coup de froid sur la coexistence entre les différentes communautés du pays. Ceci créa un climat de tension, de suspicion et de distanciation entre elles. Les corollaires sont connus : érosion de l’image de la Mauritanie à l’extérieur, recul de sa position sur le plan international, timide ouverture politique initiée au début des années 90… Le 19 avril 2007, à la suite d’élections libres et transparentes, Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi accède au pouvoir et affiche une ferme volonté de résoudre l’épine dorsale des problèmes auxquels la Mauritanie est confrontée : la question des déportés. Et depuis cette date, le Président de la République n’a cessé de poser d’importants jalons allant dans le sens de l’unité et de la diversité culturelle.   

Pour la 1ière  fois dans l’histoire d’une campagne électorale présidentielle en Mauritanie, le thème de l’unité et de la diversité culturelle occupe une place prépondérante dans le programme et le discours de tous les candidats. Tous reconnurent la nécessité absolue de lutter pour l’avènement d’une Mauritanie réconciliée avec elle-même. Ainsi donc, la consolidation de l’unité nationale et le raffermissement de la cohésion sociale furent placés au 1er rang des priorités des programmes politiques de chaque parti politique et de chaque candidat. 

Après seulement 2 mois à la tête de la magistrature suprême, le Président de la République prononce un discours dans lequel il expose sa vision de la réconciliation nationale. «L’unité nationale et la cohésion sociale requièrent l’instauration de la concorde entre toutes les composantes de notre peuple sur la base du respect des principes d’égalité, de justice et de dignité. Notre devoir est de faire de sorte que tous les mauritaniens puissent éprouver la légitime fierté d’appartenir à une grande nation, qu’ils sentent que la République les protège et les traite sur un même pied d’égalité, tous sans exclusive ». Ayant compris que l’unité nationale passe d’abord par l’instauration d’un Etat de droit, Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi a appelé les mauritaniens à vivre leurs diversités non pas comme un facteur d’exclusion mais comme un facteur d’enrichissement. Ses orientations confirmeront cette volonté politique de garantir à notre pays une stabilité politique et sociale. 

Toujours dans cette optique, des journées de concertation et de sensibilisation sur les formalités d’organisation du retour des réfugiés et la résolution du passif humanitaire sont organisées ‘dans un climat, marqué par le consensus des mauritaniens, toutes appartenances politiques et sociales confondues’, c’est-à-dire dans l’union, le rétablissement du droit et de la consolidation de l’unité nationale. 

A ceux qui pensent qu’il va y avoir une chasse à l’homme, Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi déclare. «Nous ne cherchons nullement à remuer le couteau dans la plaie mais plutôt à la guérir ; nous ne cherchons pas à régler des comptes mais à lever des injustices et réconcilier les cœurs ; nous ne cherchons pas à déterrer le passé mais bien à préserver le présent et à assurer l’avenir ». Le renforcement de l’unité nationale et de la concorde entre toutes les composantes du pays impose de rechercher les voies et moyens de résoudre les problèmes du passé. Ainsi donc, d’importantes mesures ont été prises par le gouvernement pour assurer un retour digne des mauritaniens déportés et accompagner leur réinsertion dans le tissu social. 

  

Le pouvoir, l’opposition et la société civile se font sien le combat pour une Mauritanie réconciliée avec elle-même. Refusant d’être en marge, les femmes s’impliquent aussi dans la réconciliation nationale. Elles organisent des journées de réflexion pour soutenir la recherche et la mise en œuvre de solutions viables et acceptables de nature à rétablir la paix et la concorde nationale. Les religieux dont l’impact dans la réconciliation nationale est essentiel participent au processus de réconciliation.  Le parachèvement du processus de réconciliation nationale passe  inéluctablement par la mise en place d’institutions véritablement démocratiques et d’organes médiatiques représentatifs et pluriels. Dans ce cadre, on peut noter l’arrivée sur la scène médiatique de la TVM plus et de Radio Citoyenne qui sont devenues une parfaite illustration de notre diversité culturelle. Toutes les différentes langues nationales du pays sans exclusion y sont représentées. Chacune bénéficie, même s’il y a encore des choses à améliorer, d’un temps d’antenne assez conséquent. «Sans le respect des droits culturels, il ne peut pas y avoir de démocratie. Si nous parvenons en Mauritanie à réconcilier les différentes communautés nationales afin que les mauritaniens se reconnaissent dans leur radio, leur télévision nationale, leur gouvernement, leur hymne national, les symboles et les éléments déterminants culturels, il est certain que nous aurions fait beaucoup de choses. Il faut se dire aussi qu’on ne peut pas construire une nation en braquant les communautés les unes après les autres en faisant de l’exclusivisme politique », souligne le professeur Sow qui pense qu’il y a une nouvelle dynamique qui s’est opérée avec l’arrivée au pouvoir de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. « Il est de notre devoir, poursuit-il, d’accompagner ce mouvement afin qu’il soit un mouvement irréversible parce que la finalité du respect des droits culturels c’est l’instauration d’une Mauritanie où toutes les composantes nationales dans la fierté reconnue acceptent de vivre et d’œuvrer pour le développement de notre pays ».     

Au soir de l’an I de la démocratie, un concert gigantesque regroupe différents artistes des 4 communautés du pays. Placé sous le signe de la Réconciliation Nationale, le concert du 19 avril qui marquait par la même occasion le premier anniversaire de Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi à la tête du pays a réuni pendant plusieurs heures des milliers de jeunes mauritaniens enthousiasmés. L’esprit d’une Mauritanie réconciliée avec elle-même a plané durant tout le temps que dure  le concert. Toutes les couches de la population mauritanienne sans exception étaient représentées par ses chanteurs. Ousmane Gangué pour les hal poular, Allou Allassane pour les wolofs, cheikh O. Abya pour les hassanya et Coumba Sala pour les soninkés pour ne citer que ceux-là.  Le combat pour l’unité nationale et la diversité culturelle suppose aussi un combat contre l’esclavage. En ce sens, nos deux chambres ont voté une loi portant incrimination et répression de cette pratique. Ce qui fait dire à certains qu’il faut d’abord réconcilier les mauritaniens avant même d’envisager les autres problèmes liés au développement économique car sans unité nationale, il n’y aura point de démocratie et c’est par la démocratie que passe tout développement. En Mauritanie, cette réalité trouve aujourd’hui tous les ingrédients favorables pour s’instaurer et de manière durable. 

Babacar Baye Ndiaye

( 21 avril, 2008 )

Pr. Bretaudau, Secrétaire Exécutif du CILSS : « Tant que nous n’aurons pas domestiqué et valorisé les ressources en eau pour produire, nous n’allons jamais avoir une sécurité alimentaire durable »

A l’occasion de la 14ième réunion du comité régional de programmation et de suivi du CILSS tenu à Nouakchott du 14 au 18 avril 2008 préparant le conseil des ministres du CILSS, Africa n°1 a organisé une rencontre autour d’un club de la presse pour aborder avec le Pr. Bretaudau, Secrétaire Exécutif du CILSS plusieurs questions importantes se rapportant aux activités de ce sous –ensemble régional qui regroupe 9 pays.  La rencontre était dirigée par le correspondant d’Africa n°1 à Nouakchott Salem Mejbour Salem en compagnie de Cheikh Tidiane Dia et Kissima Diagana, respectivement directeur de publication du journal ‘Le Rénovateur Quotidien’ et Rédacteur en chef de l’hebdomadaire ‘La Tribune’. Nous vous livrons en exclusivité la teneur de cet entretien.  

Africa n°1 : Vous avez tenu à Nouakchott la 14ième réunion du comité régional de programmation et de suivi des activités du CILSS qui se tient dans la perspective de la 42ième session ordinaire du conseil des ministres. Alors quels sont les enjeux de cette réunion ? 

Pr. Bretaudau : Cette réunion se situe à un moment où nous traversons des difficultés alimentaires qui ne sont pas seulement propres à notre sous-région. Ces  difficultés alimentaires sont ressenties dans toutes les grandes nations agricoles aussi bien aux Etats Unis qu’en Europe. Ces difficultés alimentaires s’expliquent par le fait que les populations n’ont pas un pouvoir d’achat conséquent pour avoir accès à ces aliments. Donc, c’est plutôt une question d’accessibilité à l’alimentation que de difficultés, d’absence ou d’insuffisance de disponibilités alimentaires. Cette réunion de Nouakchott se situe dans ce contexte et je pense que nous allons approfondir l’analyse de la situation. J’espère qu’au sortir de cette réunion, on pourra faire des propositions très concrètes au niveau des différents Etats membres du CILSS. Comme vous le savez, le Comité Inter-état de Lutte contre la Sécheresse au Sahel regroupe 9 états. Mais au-delà de ces 9 états, le CILSS est aujourd’hui le bras technique de la CEDEAO. C’est à ce titre que nous nous intéressons à la situation alimentaire de tous les états de l’Afrique de l’Ouest et du Tchad. 

Africa n°1 : Vous avez été donc sollicité par les Etats membres de la CEDEAO compte tenu de votre expérience dans le domaine de la sécurité alimentaire ? 

Pr. Bretaudau : Effectivement ! Au niveau de l’Afrique de l’Ouest pour ne pas dire de toute l’Afrique, le CILSS a été reconnu comme Centre d’Excellence pour la sécurité alimentaire. Nous disposons d’outils assez éprouvés qui ont fait leurs preuves en matière de prévision, d’estimation de productions agricoles et de propositions d’amélioration également des récoltes.  C’est à ce titre que la CEDEAO nous a sollicité pour être son bras technique. Etudier ou analyser les questions de sécurité alimentaire au niveau des états du CILSS sans prendre en considération la situation alimentaire au niveau des autres états de la CEDEAO non-membres du CILSS serait vraiment incomplète pour pouvoir aborder sérieusement les questions de sécurité alimentaire dans ces Etats. Pourquoi ? Parce qu’au niveau de toutes ces frontières, il y a des échanges quotidiens entre les populations des Etats du CILSS et les populations des autres Etats de la CEDEAO. 

Africa n°1 : Face à ces problèmes, vous préconisez la récupération de certaines terres. Mais, concrètement, vous savez qu’en Afrique, il y a un problème d’eau, comment est-ce que cette récupération des terres peut être efficace ? 

Pr. Bretaudau : Effectivement, le CILSS dispose de deux techniques pour pouvoir vraiment aborder toutes les questions de sécurité alimentaire. La première approche c’est de pouvoir évaluer, estimer et de savoir exactement ce que l’on va avoir comme récoltes et de pouvoir proposer des modalités d’utilisation des stocks des productions disponibles. La seconde voie concerne justement l’amélioration de l’outil de production pour augmenter la production et la productivité au niveau des exploitations.  La première approche est assez bien maîtrisée aujourd’hui par le CILSS et c’est ce qui en fait d’ailleurs un Centre d’Excellence. La deuxième approche est aussi maîtrisée mais malheureusement, le CILSS n’a pas fait assez de réalisations faute de moyens pour pouvoir augmenter la production et la productivité agricole. 

Pour augmenter la production et la productivité agricole, qu’est-ce qu’il faut ? Il faut comme vous l’avez dit récupérer les terres qui jadis produisaient mais qui aujourd’hui sont impropres à l’agriculture. Donc, il faudrait récupérer ces terres. Il n’y a pas un manque de terre en Afrique de l’Ouest ou dans le Sahel. Mais je crois qu’au-delà de ça, il faut avoir des terres additionnelles puisque les besoins sont encore plus grands qu’il faut récupérer ces terres qui ont été perdues suite aux effets de désertification et de désertisation de l’action de l’homme. Evidemment,  une fois que ces terres récupérées vont être mises en culture, toute la microflore, la microfaune, la faune et la végétation vont reprendre et l’activité biologique de ce sol va changer. C’est ce qui va en faire un sol fertile. Nous pourrons les mettre en valeur avec nos importantes ressources en eau. Au-delà de l’irrégularité des pluies, les quantités de pluie qui tombent au Sahel si elles sont bien gérées peuvent permettre d’augmenter la production agricole. Africa n°1 : Qu’est-ce que vous préconisez pour que ces populations puissent réellement sortir de cette situation d’incapacité de subvenir à leurs besoins du fait du manque de moyens financiers? 

Pr. Bretaudau : Dans l’urgence aujourd’hui, ce qu’il faut faire c’est de prendre des dispositions pour assurer une répartition des ressources disponibles au niveau des populations. Mais au-delà de ça, il y a des populations fortement vulnérables au niveau de tous les Etats du CILSS. Pour certaines, nous avons pu évaluer, pour les Etats du Sahel hormis le Sénégal, la Guinée Bissau et la Gambie, à plus de 3 millions les populations hautement vulnérables. C’est des populations qui, quelles que soient les conditions,  quels que soient les prix des céréales même si les prix étaient les plus bas, seraient incapables de se les acheter. Donc, c’est des populations qui exigent un appui constant et un encadrement. Dans tous les Etats du CILSS, nous avions déterminé et identifié les zones vulnérables. Dans ces zones vulnérables, il y a des populations qu’il faut obligatoirement aider mais malheureusement dans les grands centres urbains de plus en plus on voit également une nouvelle couche de population vulnérable qui s’y installe. 

Africa n°1 : Aider veut dire assister ? 

Pr. Bretaudau : Oui, aider veut dire assister ! Aider veut dire les rapporter en tout cas le nécessaire pour qu’ils puissent être alimentés et vivre. C’est cela qu’il faut faire dans l’immédiat. Mais ce que je veux dire, c’est de ne pas résoudre le problème aujourd’hui et de dire que c’est fini. Nous avons coutume dans nos Etats de régler les problèmes et de ne pas voir les problèmes avant qu’ils ne se posent. Justement, je crois que ce que nous allons proposer ici, c’est d’avoir d’abord une vision d’avenir qui consiste à améliorer notre outil de production et de faire de cette situation de flambée des prix, d’augmentation des prix des denrées alimentaires, une opportunité de développement. Vous allez me dire comment est-ce qu’on peut en faire une opportunité de développement. Je vous le dis : c’est vrai que les prix des denrées augmentent, c’est vrai que les prix sont inaccessibles au niveau des consommateurs mais à qui profite cette augmentation des denrées alimentaires. Je pense que nous devrons faire de telle manière et faire comprendre à tous les intervenants de la filière céréalière, de la filière des denrées alimentaires qu’il faudrait qu’il y ait un partage équitable de l’augmentation des prix pour que le producteur puisse profiter de cette augmentation. Malheureusement, le producteur ne profite pas de cette augmentation des denrées alimentaires. Or,  ce sont les producteurs qui produisent pour alimenter le reste de la population. 

Africa n°1 : C’est un véritable paradoxe ? 

Pr. Bretaudau : Mais justement. S’ils n’arrivent pas à avoir les moyens d’améliorer leur outil de production, la production ne sera jamais relancée et la croissance dans nos Etats ne va jamais repartir. C’est pour cela que je dis qu’il faudrait prendre des mesures pour que les producteurs de nos Etats puissent bénéficier de cette hausse des prix et que ce bénéfice soit utilisé à l’amélioration de leur outil de production qui pourrait relancer le niveau de production et de productivité au niveau des exploitations. 

Africa n°1 : Vous vous placez un peu dans la logique du débat au niveau de l’OMC relatif au problème des producteurs des pays du sud confrontés à ceux des pays du Nord subventionnés par leurs Etats en terme de production ? 

Pr. Bretaudau : Effectivement, je ne vais pas faire la comparaison mais en tout cas je dirai que nous devrons développer des politiques pour essayer de voir comment nous allons mettre nos producteurs en position de pouvoir produire. C’est ça le challenge qu’il faut gagner.  Nous sommes dans un cycle aujourd’hui où il va y avoir de moins en moins de produits agricoles. Je vais vous expliquer pourquoi. Jusqu’ici, l’agriculture fournissait de l’énergie essentiellement pour alimenter les hommes et les animaux. Vous et moi, pour pouvoir mener nos activités, il nous faut de l’énergie. En d’autres termes, il nous faut du carburant. Quel est le carburant que nous utilisons ? C’est des aliments. C’est ce qui se transforme en énergie et que nous utilisons pour nos différentes activités. Mais une voiture pour circuler aussi  a besoin d’énergie. L’énergie que les avions et les voitures utilisent, c’est du carburant et aujourd’hui, ce qui se passe c’est que toute production agricole est potentiellement convertible et transformable en carburant. Le prix du carburant augmentant de manière indirecte, le prix des céréales et des denrées alimentaires est automatiquement indexé sur le prix du carburant qui augmente. Je vais le caricaturer un tout petit peu : c’est comme si aujourd’hui un avion qui prend du kérosène, dans cet avion on met finalement du riz puisqu’il consomme de l’énergie et le riz produit également de l’énergie. Ça revient à la même chose. Il n’y a pas de raison que l’énergie que l’on met dans l’avion, le kérosène, le prix augmente et que l’autre énergie, le riz, le prix n’augmente pas.  C’est ce qui est aujourd’hui évident. Nous sommes donc partis pour un cycle infernal d’augmentation. Je lisais encore hier une déclaration du président de la banque mondiale qui disait effectivement que nous sommes partis dans un cycle où vraiment les prix ne vont pas cesser d’augmenter. Je pense pour  être au rendez-vous, il faudrait que nous développions des politiques pour soutenir les producteurs pour qu’ils puissent produire davantage puisque ce qu’ils produisent ce n’est plus pour alimenter seulement les hommes et les animaux mais c’est également une source d’énergie.  Et malheureusement pour nous, de l’énergie propre puisque les biocarburants, c’est de l’énergie propre. C’est pour cela aujourd’hui, avec le développement d’essai de ces technologies, on va encore améliorer le rendement de la transformation. Si on améliore le rendement de la transformation progressivement, on va passer du carburant fossile au carburant vert. Et cela va poser problème. Est-ce que l’agriculture doit produire pour nourrir ou est-ce que l’agriculture doit produire pour nourrir l’industrie ? 

Africa n°1 : Vous avez parlé d’une production alimentaire excédentaire dans bon nombre de pays mais hélas tout le monde n’a pas pu en profiter. Là vous avez souligné les entraves qui persistent. Quelles sont-elles ? 

Pr. Bretaudau : Au niveau des Etats globalement la situation est équilibrée à excédentaire dans quatre pays producteurs au niveau du Sahel. Il s’agit du Tchad, du Niger, du Mali et du Burkina Faso. Mais par contre au niveau des Etats du CILSS, il y a des états qui sont structurellement déficitaires. Il y a parmi ces Etats, le Sénégal et la Mauritanie. Mais la situation de l’Afrique de l’Ouest dans son ensemble montre que 10 Etats de l’Afrique de l’ouest non-membres du CILSS ont des zones assez déficitaires. Il s’agit du Nigeria dont le Nord a énormément souffert cette année de l’irrégularité pluviométrique et du nord également du Ghana où la production a été assez réduite suite aux effets des changements climatiques. Voici la situation mais même dans les quatre Etats où la production est moyenne à excédentaire comme par exemple au Niger, il y a des zones fortement vulnérables. Il y a des populations qui ont été touchées. En Mauritanie, il y a des zones qui ont été fortement touchées. Dans le rapport qu’on a remis à l’Etat mauritanien et qu’on a élaboré avec les autorités mauritaniennes, toutes ces zones sont ciblées et identifiées. Je crois que les propositions de solutions que nous avions faites ont également été suivies d’effets. Il se fait que les productions de contre saison, que nous avions vivement conseillé, sont aujourd’hui compromises par des attaques de certains ennemis des récoltes. Là encore, les techniciens sont à pied d’œuvre pour essayer de minimiser l’impact de ces ennemis sur les cultures de décrue. 

Africa n°1 : Avec la situation actuelle qui prévaut et à deux mois de la saison des pluies, pensez-vous que vous pouvez faire quelque chose pour parer à cette situation vraiment inquiétante ? 

Pr. Bretaudau : Dans la situation actuelle, les vivres, il y en a mais malheureusement, ils sont difficilement accessibles. Parce que les prix sont inabordables pour les populations déjà éprouvées par des années de sécheresse successive. La situation pour ces populations nécessite un appui très fort. C’est pour cela qu’il faudrait que tous les partenaires impliqués soient sensibilisés et responsabilisés pour qu’il y ait une meilleure circulation aussi bien de l’information que des denrées alimentaires. Nous avons des informations qui font état que certains opérateurs ont des stocks sur lesquels ils veulent spéculer ou en tout cas qui ne sont pas mis sur le marché. C’est des situations qui peuvent aggraver le problème mais le patriotisme aidant peut être la solidarité aidant,  les uns et les autres vont revenir à de meilleurs sentiments et les marchés pourraient trouver un niveau d’approvisionnement beaucoup plus favorable pour les consommateurs. Les pouvoirs publics de leur coté doivent prendre des mesures. La situation, c’est vrai, elle est difficile voire très difficile mais c’est une situation que nous pouvons contenir. De toute façon, le pouvoir d’achat de tous les consommateurs sera fortement entamé car les prix sont assez élevés mais comme je l’ai dit, si nous développons de bonnes politiques et que nous arrivons à faire que ces augmentations de prix puissent profiter aux producteurs, nous allons récolter d’ici un ou deux ans, les dividendes de cette politique. Il ne faut pas s’attarder sur la situation. Il faut la gérer. Il faut essayer de voir plus loin. Si on était aujourd’hui à une baisse totale de production, je n’allais pas avoir les mêmes propos. Je sais qu’au niveau des Etats du Sahel et de l’Afrique de l’ouest, ce que nous avons produit cette année même si elle a été utilisée assez diversement il y a des productions comme par exemple dans certains états comme le niger qui sont sortis du pays et qui ont exporté. C’est des situations qui sont de nature à nous fragiliser et qui sont parties assez loin. C’est pour cela que je dis qu’il y a quand même une possibilité de résorber cette situation assez difficile pour les populations en assurant une meilleure gestion de la situation. 

   

Africa n°1 : Quel sont les chiffres de la dernière campagne agricole ? 

Pr. Bretaudau : Globalement, les chiffres de la dernière campagne pour les céréales s’élèvent à 49 millions de tonnes pour toute l’Afrique de l’ouest. Ce qui est supérieur à la moyenne par rapport à ces 5 dernières années. 

Africa n°1 : A vous entendre parler, on a l’impression que c’est un problème surtout de bonne gouvernance que vous voulez pointer du doigt. Mais au-delà de tout ceci, lorsque vous parliez de facteurs, vous avez évoqué le Mali, le Tchad, le Niger ou le Burkina Faso où il y a un excédent de production. 

Pr. Bretaudau : Dans mon rapport, je viens de présenter dans les détails la situation au niveau de ces Etats dans les zones d’insécurité notamment des zones du nord et nous avons donné des recommandations, des recommandations qui, si elles sont suivies, pourraient amoindrir les souffrances des populations de ces régions. Mais c’est sûr que quand on se trouve dans une situation alimentaire assez difficile et que l’on vive encore une autre insécurité, ça devient vraiment assez difficile.  Quand il y a insécurité militaire stratégique, ça veut dire qu’il n’y a même pas des facilités pour les déplacements et pour la circulation. C’est pour cela l’approvisionnement de ces zones pose effectivement des problèmes. Dans notre rapport, nous avons attiré l’attention des autorités sur toutes ces questions pays par pays. 

Africa n°1 : Le Sahel est une région structurellement déficitaire en ressources notamment hydriques. Cette situation est aggravée par les fluctuations du marché mondial et de la flambée des prix des denrées de base. Face à cela, quelle est la stratégie mise en place par le CILSS ? 

Pr. Bretaudau : Ce que nous envisageons pour essayer de résorber cette situation assez difficile que nous traversions au niveau des Etats d’Afrique de l’Ouest et singulièrement au niveau des Etats du CILSS, c’est le programme lancé en 2004 par les chefs d’Etat lors du dernier sommet des chefs d’état à Nouakchott. Il s’agit de l’initiative ‘maîtrise de l’eau pour faire reculer la faim au Sahel’. La coalition mondiale pour l’eau au Sahel est une initiative des chefs d’Etat qui vise à capitaliser et à valoriser toutes les ressources en eau disponibles. Certainement, on sait qu’il y a la sécheresse mais il y a d’importantes ressources en eau pluviales qui sont souvent perdues au niveau des états sahéliens. Il s’agit donc pour nous de voir comment conserver toutes ces eaux, les utiliser pour développer une agriculture avec maîtrise de l’eau. Il ne s’agit pas seulement de grands aménagements de types ‘au fils du Niger’ mais il s’agit au niveau des villages les plus reculés de voir comment faire des bassins de rétention, des forages pour tirer l’eau et essayer de faire produire par ces populations qui sont confrontées non seulement aux problèmes de terre mais à des problèmes d’approvisionnement en eau. La coalition mondiale pour l’eau au Sahel vise justement cet objectif. Je pense que si nous arrivons à mettre en œuvre cette coalition, je suis sûr que d’ici 5 ans, les questions qu’on aura à se poser seront différentes de celles que l’on se pose aujourd’hui. En ce temps, peut-être que cela va vous faire rire, il faudrait que nos Etats se mettent dans les perspectives pas de gérer des crises alimentaires mais de gérer des surplus de production agricole. En fait, ce n’est pas qu’à chaque année que le Sahel a été déficitaire. Si vous voyez que cycliquement, nous avons des périodes difficiles, des périodes de baisse de production, c’est que les années fastes n’ont pas été suffisamment bien gérées et que les producteurs ont été découragés et se sont retrouvés obligés d’abandonner leurs parcelles. Par conséquent, le niveau de production va certainement baisser.  Désormais, à partir de là, on pensera à avoir comment nous allons réfléchir sur la gestion des surplus de production et non la gestion des crises alimentaires. Même s’il y a surproduction, il faudrait gérer et malheureusement les années où il y a surproduction les producteurs sont laissés à eux-mêmes et ne bénéficient pas de toute l’attention pour pouvoir vraiment gérer leur production. 

Africa n°1 : Rationaliser la gestion de ces eaux passe par des investissements lorsqu’il s’agira de construire des barrages ? 

Pr. Bretaudau : Pour les barrages, c’est une entreprise qui dépasse les réalisations du CILSS. De par ce que les Etats nous ont confié, nous devrons avoir une vue d’ensemble sur toutes les questions d’utilisation de l’eau. Les barrages, c’est des investissements assez intensifs qui relèvent d’autres structures. Mais il n’en demeure pas moins que nous, nous pouvons accompagner la mise en œuvre des barrages pour voir les études d’impact au niveau de la sécurité alimentaire. Nous ne sommes pas en reste mais je vois aujourd’hui difficilement le CILSS se mettre à la place d’autres structures telles que l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal ou même ce qui se fait actuellement au Niger avec le barrage de Kandaji, au Mali avec le barrage de Tansa. Mais le CILSS peut accompagner des politiques de ce genre pour pouvoir aider les Etats à avoir une hauteur par rapport aux questions de sécurité alimentaire dans ces zones.   

Africa n°1 : Beaucoup de nos pays importent le riz, bien que dans ces mêmes pays, on cultive le riz. Il y a là quelque chose qui paraît paradoxale. Est-ce que le CILSS ne penserait pas à faire campagne dans ce sens ? 

Pr. Bretaudau : C’est vrai qu’il faut consommer local. Les productions que nous avons notamment du riz au niveau de l’Afrique de l’Ouest sont insuffisantes pour couvrir les besoins des Etats qui produisent à fortiori des Etats qui en demandent. Au niveau de l’Afrique de l’Ouest, tous les pays sont des grands importateurs de riz. Je vais me référer à la déclaration du président sénégalais lors de son passage à Bamako où il a lancé un appel au développement de la riziculture, à la maîtrise de l’eau pour améliorer la production agricole. Tant que nous n’aurons pas domestiqué et valorisé les ressources en eau pour produire, nous n’allons jamais avoir une sécurité alimentaire durable. Lors de son passage à Bamako, le président sénégalais a lancé un appel dans ce sens. Je suis sûr que cet appel sera suivi d’effet. C’est vers ça aujourd’hui que nous devrions tendre si nous voulons avoir une sécurité alimentaire durable. 

Africa n°1 : Nos Etats sont souvent confrontés à des problèmes de mise en œuvre de leur décision politique. Est-ce que cela non plus ne constitue pas un handicap majeur dans la réussite de votre mission ? 

Pr. Bretaudau : Au niveau des Etats, je crois qu’il y a une volonté politique. C’est vrai qu’il y a des difficultés pour s’accorder sur certaines idées. Mais je crois qu’il y a une volonté politique de conjuguer nos efforts au niveau de tous les Etats pour faire face à notre destin commun. Là où se trouve peut-être le bât blesse, c’est au niveau des différents intervenants de la filière ou des différentes filières de production agricole. Les machines ne sont pas suffisamment organisées et structurées entre elles. Les différents intervenants ne sont pas suffisamment aguerris et outillés pour pouvoir assurer une gestion harmonieuse des différentes filières. Très prochainement, nous allons essayer d’échanger avec tous les différents partenaires sur toutes les questions d’organisation des marchés céréaliers en Afrique de l’Ouest. Nous allons aussi nous retrouver avec tous nos partenaires politiques de l’UEMOA et de la CEDEAO pour essayer de donner des directives et juguler les difficultés que nous traversons aujourd’hui. Le CILSS, à lui seul, n’a pas la force de faire face à toutes les difficultés que nous rencontrons aujourd’hui. C’est pour cela que ces deux institutions vont pouvoir nous appuyer pour avoir une issue beaucoup heureuse pour les consommateurs et les populations touchées par la situation. 

Africa n°1 : Au niveau des cotisations, est-ce que tous les Etats sont à jour ? 

Pr. Bretaudau : Pour les cotisations, tous les Etats ne sont pas à jour. Ce qui, aujourd’hui, m’a frappé : ce n’est pas le fait que les Etats ne soient pas à jour. C’est la volonté politique de soutenir le CILSS dans son combat. J’ai rencontré beaucoup de présidents de la sous-région. Aujourd’hui, ils soutiennent toutes les actions du CILSS. Les situations conjoncturelles des cotisations ne vont pas arrêter les actions du secrétariat exécutif du CILSS. Nous sommes sûrs et certains que dans les semaines et les mois à venir, tous les Etats qui ont accusé des arriérés vont pouvoir s’acquitter. Et ça, je suis très bien placé pour vous le dire. Avec tout le soutien des chefs d’Etat du CILSS, je me sens fort pour mener le combat. 

Africa n°1 : Mais ce soutien n’est que pour le moment moral. Alors, l’aspect matériel n’étant pas encore là, pensez-vous que le CILSS pourra continuer à mettre en exécution tous ses ‘rêves’ ? 

Pr. Bretaudau : Une fois que le côté politique est acquis, le côté matériel va suivre. Tous les Etats nous demandent des conseils et nous sollicitent à chaque fois qu’il y a des problèmes de sécurité alimentaire. Cela est un atout. Avec l’appui politique, cela va donner encore confiance aux bailleurs de fonds. Une des faiblesses du CILSS, c’est que moins de 5% de notre budget émane des cotisations des Etats. Mais c’est important. Et 95% du budget du CILSS, ce sont les donateurs. Avec une confiance retrouvée au niveau des Etats, je suis sûr que cela fera un déclic au niveau des bailleurs de fonds dans le sens de leurs intérêts pour le CILSS. 

Africa n°1 : Face aux problèmes vivriers qui se posent dans certains pays de votre zone de couverture, est-ce que cela ne va pas nécessiter une intervention spéciale de vos partenaires ? 

Pr. Bretaudau : Dans l’état actuel des choses, en dehors des populations vulnérables qui nécessitent d’un traitement rapproché, les Etats ont eu à prendre déjà des mesures très courageuses individuellement. En fait, les mesures individuelles profitent collectivement. Toute mesure prise au Sénégal a des répercussions au Mali. Je vais donner un exemple : tous les pays ont renoncé à leur droit d’importation. Les taxes d’importation ont été annulées pour un certain temps. L’importateur qui va amener des céréales au Sénégal à la frontière du Mali ne pourra pas empêcher que quelques kilos aillent alimenter des maliens au Mali. C’est pour cela que je dis que toute mesure prise dans un Etat profite d’une manière ou d’une autre à l’Etat voisin. Les chefs d’Etat ont eu à prendre des mesures courageuses qui sont de nature à réduire les souffrances de toutes les populations. La crise, la vie chère, la facture est ressentie par tout le monde. Evidemment, nous ne la ressentons pas de la même manière puisqu’en fonction du niveau du pouvoir d’achat de chacun la crise va être plus ou moins ressentie. 

Africa n°1 : L’Afrique, c’est aussi une dégradation permanente de l’environnement. C’est l’avancée du désert. A ce niveau, quelles sont les stratégies que vous êtes en train de mettre en œuvre ou en passe d’être exécutées ? 

Pr. Bretaudau : Nous avons aidé tous les pays de l’Afrique de l’Ouest du CILSS à définir leur programme d’action nationale de lutte contre la désertification. Ces documents sont prêts. Nous l’avions fait en collaboration avec la convention des nations unies pour la lutte contre la désertification. Mais ces programmes d’action nationale définis, qu’est-ce qui reste aujourd’hui ? C’est la mise en œuvre concrète des actions et des réalisations concrètes pour gagner sur la désertification. Nous nous battons avec les Etats pour voir comment avoir les ressources nécessaires pour mettre en application les résolutions de ces différents plans. 

Africa n°1 : Quelle est la part réservée à la formation des ressources humaines par le CILSS aux Etats membres ? 

Pr. Bretaudau : Aujourd’hui, peut-être que ce n’est pas connu, le CILSS dispose d’un très grand centre de formation qui se trouve à Niamey. La plupart des cadres et des techniciens formés en agrométéorologie dans tous les Etats membres y compris les autres Etats de l’Afrique de l’Ouest et même des Etats comme Haïti qui écrivent  pour nous demander de recevoir des auditeurs à former dans ce domaine. Beaucoup de cadres formés en agrohydrométéorolgie ont été formés au niveau du centre Agrimet de Niamey. Il s’agit aussi de cadres techniciens que de cadres ingénieurs master. Aujourd’hui, ce centre est un centre d’excellence pour l’étude sur les criquets migrateurs africains. C’est un centre spécialisé sur ces questions. C’est lui qui joue aujourd’hui l’essentiel du travail sur la maîtrise du criquet pèlerin. Les cadres qui ont été formés sont assez nombreux pour tous les Etats y compris les Etats de l’Afrique de l’Ouest et même ceux d’Afrique Centrale. 

Africa n°1 : Toujours dans ce cadre se rapportant au développement de l’agriculture, on sait très bien le rôle que jouent les femmes. C’est elles qui occupent en quelque sorte les devants de cette agriculture. Est-ce qu’il ne serait pas judicieux de mettre à la disposition de ces femmes ou du moins de développer ou d’initier pour ces femmes des micros projets pour évaluer dans le sens des activités génératrices de revenus ? 

Pr. Bretaudau : Vous venez de parler là de quelques réalisations du CILSS dont nous sommes très fiers et dont les pays partenaires sont très fiers aussi. Nous avons avec nos partenaires français et italiens deux projets. Dans ces deux projets, nous menons des activités et des actions en collaboration avec la société. Parmi les acteurs de la société civile, nous avons remarqué que les femmes sont assez dynamiques et occupent une place de choix.  Ces braves femmes ont assuré une très bonne gestion de tous les programmes qui ont été à leur disposition et de tous les programmes qui ont été financés. Ce que nous faisons comme réalisation dans les Etats c’est trop faible. Ce que nous faisons en matière de récupération de la désertification est moindre que ce que celle-ci nous arrache tous les jours. Quand la désertification cherche à récupérer 3x, nous, nous devons récupérer annuellement 6x. Voici comment on pourrait faire reculer le désert. Il est important pour nous de développer des outils qui vont à une vitesse plus grande que le processus de désertification. Ce processus est continu. Il faudrait que nous ayons une vitesse contre courant plus importante que ce processus. C’est ainsi seulement qu’on pourra commencer à l’avaler. Sinon, la désertification va nous avaler tous. Aujourd’hui, Abidjan qui se trouve en pleine forêt va se retrouver un jour en plein milieu du désert. Même les pays côtiers sont concernés par le processus de désertification. Si jamais, toutes les terres arables sont terminées en Mauritanie et au Mali, ce serait vraiment catastrophique. Le processus de désertification est aujourd’hui lié à ce qu’on appelle couramment les changements climatiques. La sécheresse à l’époque, c’est une forme de changement climatique. Les changements climatiques, on les a abordés avant qu’on ne vienne nous en parler. Rien ne sert de parler de désertification, de sécheresse ou de changement climatique, ce qu’il y a, il faut agir. On a assez de connaissances scientifiques, d’informations et de résultats pour essayer de gagner la lutte contre les changements climatiques, la lutte contre la désertification. 

Africa n°1 : Le président libyen a réussi à mettre en place les fleuves artificiels. Pourquoi cela n’est pas possible dans les autres pays africains du Sahel ? 

Pr. Bretaudau : C’est possible mais encore faudrait-il avoir les moyens. Je vais vous donner un petit exemple qui a été fait. Je suis du Nord du Mali. J’ai fait mon lycée à Tombouctou. Ça fait plus de 50 ans que le fleuve Niger ne coulait plus à Tombouctou. Aujourd’hui, je vous dis qu’il coule de nouveau à Tombouctou. Le Mali avec le président khadafi ont eu à faire des investissements importants et à recreuser le bras du fleuve qui va du fleuve à Tombouctou. Cela veut dire que cela demande des moyens. Au-delà de ça, nous savons que nos pays sont riches en eau souterraine. Ces eaux souterraines peuvent être utilisées. C’est pour cela que l’eau même c’est plus cher que le pétrole. Le pétrole, ça ne se boit pas. C’est vrai que c’est de l’énergie. Aujourd’hui, si vous essayez de voir toutes les potentialités que nous avons en eaux souterraines et en eaux pluviales, je suis sûr et certain que nous pouvons venir à bout de ce processus de désertification. Je dis bien essayer de capitaliser la pluviométrie et non attendre de subir les effets de la pluviosité. Il est impératif de chercher à gagner le combat sur la désertification  pour pouvoir fixer les populations et leur permettre d’avoir exactement les conditions de vie qu’elles vont chercher en Europe et dans les différentes capitales qu’elles vont chercher en Afrique de l’ouest.   

Interview réalisée conjointement par : 

Salem Mejbour Salem(Africa n°1)  Cheikh Tidiane Dia(Le Rénovateur Quotidien-Mauritanie) 

Kissima Diagana(La Tribune-Mauritanie) 

( 16 avril, 2008 )

Thiédel Mbaye: »Dans tout le monde entier, c’est la Mauritanie seule qui néglige ses artistes. Parfois, c’est décourageant. Tu fais un concert gratuit, la population ne vient pas »

 

D’origine griotte, cette diva mauritanienne, dont l’amitié avec Baba Maal n’est plus à prouver, a laissé sa carrière de comptable pour se consacrer à la musique, sa passion. Dans l’interview suivante que Thiédel Mbaye, qui n’est plus à présenter, nous a accordé, elle y évoque entre autres sujets l’indifférence totale dans laquelle baigne la musique mauritanienne.                                                                                                   

                                                                        ae62e5de941.jpg  

Le Rénovateur Quotidien : En Mauritanie, on n’accorde pas assez de crédit à la musique. Les structures manquent. Il y a, en plus de cela, un problème de coordination entre les musiciens. Comment voyez-vous l’avenir de la musique mauritanienne ? 

Thiédel Mbaye : La situation dans laquelle s’est retrouvée la musique mauritanienne est vraiment inquiétante. La situation des artistes est aussi préoccupante. L’art n’a pas sa juste valeur en Mauritanie. Tu peux être artiste, tu fournis des efforts, tu fais tes cassettes, même un concert gratuit, la population n’est pas prête à venir regarder. C’est vraiment un véritable souci pour tous les artistes. On est en train de se battre, de nous structurer, de former des associations regroupant des artistes, avoir un syndicat des artistes, lutter contre la piraterie et forcer la population à venir vers les artistes. Dans tout le monde entier, c’est la Mauritanie seule qui néglige ses artistes. Parfois, c’est décourageant. Tu fais un concert gratuit, la population ne vient pas. Un artiste étranger vient ici, il fait les billets à 4.000 ou 10.000 UM, la salle est pleine. C’est vraiment révoltant !

 

Le Rénovateur Quotidien : Récemment, un bureau regroupant tous les artistes mauritaniens a été mis en place. Qu’en pensez-vous ? 

Thiédel Mbaye : Nous avons deux bureaux qui réunissent tous les artistes mauritaniens. Le bureau présidé par Mohamed Méidah et l’autre par Ahmed Abba appelé ‘Bureau Mauritanien pour la Promotion de la Musique’ dont je suis membre actif. Avec ces bureaux reconnus par l’Etat mauritanien et soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication, nous pensons que cela va permettre aux artistes de résoudre leurs difficultés.

 

Le Rénovateur Quotidien : On a remarqué qu’en Mauritanie, il n’y a pas une structure qui défend les œuvres des artistes. Est-ce que cela ne pose pas aussi problème ? 

Thiédel Mbaye : Ça pose énormément de problèmes ! J’ai produit deux albums (‘Jombajoo’ ou la mariée en 2002 et ‘Khuman Biné’ ou l’analphabète en 2005) mais ils ne sont protégés qu’au Sénégal par la BSDA (Bureau Sénégalais des Droits d’Auteur, NDLR). En Mauritanie, les productions se piratent de manière incroyable. Il n’y a pas un bureau qui protége les droits d’auteur et les artistes. Il est impossible aux artistes mauritaniens de défendre leurs œuvres. Aujourd’hui, ils ne vivent pas de leur art. Donc, si les œuvres ne sont pas protégées, c’est vraiment quelque chose d’extraordinaire.

 

Le Rénovateur Quotidien : Au niveau de votre association, avez-vous pensé à mener des démarches pour essayer de mettre en place une pareille structure ? 

Thiédel Mbaye : Notre seul souci d’ailleurs, c’est d’avoir un bureau qui va défendre les droits d’auteur. Chaque artiste doit protéger ses œuvres parce que c’est la seule ressource qu’il a.

 

Le Rénovateur Quotidien : Depuis quelques temps, on ne vous voit pas. Est-ce qu’on peut penser que les feux de Thiédel Mbaye sont éteints ? 

Thiédel Mbaye : Non ! Je suis en train de me préparer pour sortir mon 3ième album. Je reviens d’une tournée au Sénégal dans la région du fleuve. Je m’apprête aussi à y aller dans le cadre encore d’une tournée. Le 24 avril prochain, je serai à Podor pour participer au Festival des Blues du Fleuve organisé par Baba Maal. Nous sommes en train de faire nos répétitions.

 

Le Rénovateur Quotidien : Apparemment, vous jouez beaucoup dans la région du fleuve ? 

Thiédel Mbaye : C’est vrai ! J’y suis très sollicitée. On est en train de faire notre promotion pour notre prochain album.

 

Le Rénovateur Quotidien : Et il va sortir quand ? 

Thiédel Mbaye : On a prévu cela pour le 5 juin. Incha Allah !

 

Le Rénovateur Quotidien : Vous n’avez pas participé à la 4ième édition du Festival International des Musiques Nomades. Quelle est votre réaction ? 

Thiédel Mbaye : On m’avait proposé mais je ne pouvais pas participer. Je n’ai pas essayé de le faire car je savais que la date n’allait pas me trouver en Mauritanie. J’étais en tournée que j’avais programmé 6 mois auparavant.

 

Le Rénovateur Quotidien : Et pourtant vous êtes actuellement à Nouakchott ? 

Thiédel Mbaye : Oui, je suis là ! Mais je n’ai pas participé malheureusement !

 

Le Rénovateur Quotidien : Et pourquoi ? 

Thiédel Mbaye : On ne m’a pas contacté officiellement. Et puis le fait de ne pas participer à la 4ième édition du Festival International des Musiques Nomades ne m’a guère dérangé parce que j’avais participé à la 3ième édition.

 

Le Rénovateur Quotidien : Vous n’éprouvez aucun regret ? 

Thiédel Mbaye : NON ! Aucun regret !

 

Le Rénovateur Quotidien : Vous êtes une artiste bien connue mais on ne vous a jamais vu faire un duo avec un artiste mauritanien ? 

Thiédel Mbaye : Lorsqu’on se rencontre dans les concerts, on fait des duos. Par exemple, Ousmane Gangué, on a beaucoup joué ensemble. Avec Baba Maal, lorsqu’il fut invité par des boghéens, il a fait un morceau dans lequel tous les artistes mauritaniens ont chanté ensemble. C’est par des occasions de cette nature qu’on peut chanter ensemble sinon quelqu’un t’invite à une soirée, tu viens et tu chantes.

 

Le Rénovateur Quotidien : Vous et Baba Maal, vous semblez entretenir de bonnes relations ? 

Thiédel Mbaye : Baba Maal, vraiment, c’est mon idole ! Et puis, c’est une référence pour moi et c’est un ami personnel aussi.

 

Le Rénovateur Quotidien : Et lui, a-t-il essayé de faire quelque chose pour vous? Par exemple vous produire ? 

Thiédel Mbaye : Il a beaucoup fait pour moi. Il me conseille. C’est lui qui m’a beaucoup encouragé à faire des tournées dans la région du fleuve. La musique que je joue les Hal poular s’y identifient. Il faut vraiment les convaincre, les voir pour qu’ils admirent ta musique ou l’accepter pour que tu puisses percer. Je suis très connue sur le plan international. J’ai  fait des tournées en Europe, aux Etats Unis d’Amérique. Mais dans la région du fleuve, c’est maintenant qu’ils commencent à me découvrir, à travers les radios privées sénégalaises. C’est pour cette raison que je multiplie mes tournées dans cette zone, de faire une bonne promotion de mon futur album.

 

Le Rénovateur Quotidien : Est-ce que vous envisagez de faire un duo avec Baba Maal ? 

Thiédel Mbaye : Oui, nous l’envisageons ! Pour mon prochain album, je tiens vraiment à ce qu’il y participe. Il m’a promis qu’il va chanter un morceau avec moi.

 

Le Rénovateur Quotidien : Vous êtes une femme. Est-il facile pour vous d’être un chef d’orchestre ? 

Thiédel Mbaye : Oui ! C’est très, très difficile ! En ce qui me concerne, je demeure toujours avec les membres fondateurs de mon groupe. Mon orchestre est composé de musiciens stables et j’en suis très fière. Mes musiciens n’ont aucun problème et ils me comprennent et me soutiennent. Je n’ai pas de musiciens nouveaux dans mon groupe. Je n’ai pas un problème de musicien. Je n’ai pas un problème pour assurer mon rôle de chef d’orchestre. Nous sommes des musiciens qui s’estiment beaucoup.

Le Rénovateur Quotidien : Vous êtes aussi mère de famille et on sait que vous voyagez beaucoup. Avez-vous l’esprit tranquille lorsque vous laissez votre famille derrière vous ? 

Thiédel Mbaye : C’est un peu difficile pour chaque mère de famille d’être obligée de se séparer de ses enfants surtout lorsqu’ils sont peu âgés. Ma fille benjamine est née en 2000. J’ai une grande famille (machaa allah !) mais j’ai de petits-fils qui vont à l’école. Certainement, mon absence leur manque beaucoup. Mais c’est un choix. Je dois le respecter.

 

Le Rénovateur Quotidien : Sur scène, vous êtes bien maquillée et raffinée. Mais à la maison, comme je vous ai  retrouvée (elle était habillée en sœur musulmane), vous êtes très simple. Pourquoi cette ambivalence dans l’accoutrement ? 

Thiédel Mbaye : Je défends une culture un peu compliquée. Je suis griotte d’origine. Je suis en train de promouvoir la culture griotte. Donc, l’artiste se voit à travers son comportement et son accoutrement. A la maison ou en ville, je porte tout ce que je veux mais sur scène, c’est un pari. Là, je dois porter des habits respectables. A cause de la population, de mon public, à travers aussi la musique que je suis en train de défendre. Je suis obligée de porter des habits présentables.

 

Le Rénovateur Quotidien : Et vous estimez que vous avez un rôle à jouer dans le rayonnement de la culture griotte ? 

Thiédel Mbaye : Certainement ! Car c’est mon appartenance à la culture griotte qui m’a poussé à faire de la musique. Je suis griotte d’origine, de père et de mère, d’une grande famille griotte très respectée. Peut être à long terme, je pourrai changer d’accoutrement parce que la musique est un peu curieuse. Plus tu tends vers le professionnalisme, plus le public demande autre chose.

 

Le Rénovateur Quotidien : La musique exige maintenant beaucoup de professionnalisme. Avez-vous pensé à vous professionnaliser, à rentrer réellement dans le milieu du showbiz ? 

Thiédel Mbaye : Effectivement ! Parce que c’est la seule issue qui peut permettre à un artiste aujourd’hui de se faire découvrir et de se faire connaître davantage. Au début, tu ne peux pas être un professionnel. Tu es obligé d’être un amateur mais à un moment donné, il faut que tu te professionnalises en ayant un manager, un groupe structuré si tu tiens vraiment à faire une carrière musicale. Cela est impératif !

 

Le Rénovateur Quotidien : Comment pouvez-vous nous expliquez le fait que vous soyez une artiste un peu effacée de la scène musicale ? 

Thiédel Mbaye : C’est curieux ! J’ai mes soirées. Parfois, quand on m’invite, je viens. Mais je suis une femme un peu réservée. Je crois qu’il faut travailler d’abord et ensuite pouvoir faire des choses grandioses. J’étais très fréquente sur la scène musicale mauritanienne. Je faisais des soirées gratuites. Je suis très impliquée dans la sensibilisation de certaines campagnes comme la lutte contre le sida, l’analphabétisme…A un moment donné, je me suis retirée. Mais actuellement, je suis en train de faire un nouveau répertoire, de revoir ma musique et de la parfaire surtout.

 

Le Rénovateur Quotidien : Avez-vous fait les bancs ? 

Thiédel Mbaye : Oui ! J’ai fait les bancs jusqu’en terminale. Et je suis comptable de profession. J’ai travaillé pendant 4 ans au ministère du développement rural.

 

Le Rénovateur Quotidien : Et vous travaillez toujours là-bas ? 

Thiédel Mbaye : Non, non ! J’ai choisi la musique. J’ai abandonné depuis 5 ou 6 ans. Je ne vis que de ma musique et en plus je voyage beaucoup.

 

Le Rénovateur Quotidien : Certainement, vous devez être riche ? 

Thiédel Mbaye : Je ne suis pas riche. C’est une passion. Aucun artiste mauritanien, comme je l’ai dit tantôt, ne vit de son art. Mais seulement, c’est un choix et je suis prête à tout pour uniquement faire carrière dans la musique. Ce n’est pas que j’en profite comme je veux mais je sais que je laisserai une trace qui sera peut être suivie par mes enfants. Je ne vois que la musique. J’ai toute ma famille qui réside à Paris. Mes frères et mes sœurs vivent en France et ont la nationalité française. Donc, je n’ai pas un problème de nécessité.

 

Le Rénovateur Quotidien : Que pensez-vous de la nouvelle génération de chanteuses qui est en train de vous bousculer ? 

Thiédel Mbaye : La musique, ce n’est pas une course ! La musique, il faut d’abord la connaître, chercher à la connaître et avoir du temps pour ça ! Mais dès que tu commences à chantonner, tu crois que tu es au niveau, non ! Elles n’ont qu’à être très gentilles, revoir leurs textes et surtout essayer de tendre vers le professionnalisme.

 

Le Rénovateur Quotidien : Vous jouez de la musique traditionnelle. Actuellement, on constate qu’elle est mélangée à toutes les sauces. N’avez-vous pas peur qu’elle ne disparaisse ? 

Thiédel Mbaye : Je fais de la musique tradimoderne mais je tiens beaucoup à la musique traditionnelle. C’est vrai qu’elle a tendance à disparaître. Personnellement, j’ai fait beaucoup de recherches au niveau de mes grands-mères pour mieux connaître cette musique. C’est une musique que je maîtrise parfaitement. Mais j’ai peur que cette génération ou les générations futures n’y comprennent rien du tout ! Ils ont tendance à jouer du mbalax alors qu’il faut d’abord connaître et maîtriser la musique traditionnelle. A partir, tu peux faire des mixages autant que tu voudras.

 

Le Rénovateur Quotidien : Comment expliquez-vous le fait que la musique mauritanienne devienne de plus en plus influencée par d’autres styles musicaux comme le mbalax ? 

Thiédel Mbaye : C’est vraiment dommage ! La Mauritanie est un pays diversifié. C’est un pays qui est culturellement riche. Mais c’est malheureux que ça ne soit pas exploité. Les gens, dès qu’ils entendent un certain sénégalais ou un malien faire de la musique, ils croient que c’est la meilleure musique. Alors que la musique mauritanienne, je ne trouve pas mieux que ça. Il faut vraiment que les gens promeuvent cette musique en lui donnant sa juste valeur. Les artistes mauritaniens sont vraiment influencés aujourd’hui par des musiques étrangères.

 

Le Rénovateur Quotidien : Si vous aviez un message à faire passer à l’endroit des autorités culturelles de ce pays, que leur diriez-vous ? 

Thiédel Mbaye : C’est d’avoir un conservatoire pour conserver la musique traditionnelle qui est une partie de notre vie. C’est une partie aussi du développement parce que l’artiste peut bien participer au développement d’un pays mais qu’à travers ses œuvres. Le Ministère de la Culture et de la Communication doit fournir beaucoup d’efforts pour aider les artistes.

 

Propos recueillis par

Babacar Baye Ndiaye

ducdejoal@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

( 30 mars, 2008 )

Tahara Mint Hembara : Le Retour sur scène !

Tout a commencé en 1989 pour cette dame d’honneur lorsque au paroxysme des événements terribles entre la Mauritanie et le Sénégal nés d’un incident anodin entre agriculteurs sénégalais et éleveurs mauritaniens, elle a osé dire non ! Lever sa voix contre ce qui se passait ! Dire halte aux massacres et aux tueries qui commençaient à sévir dans les deux pays. «J’étais à Abidjan. Ça m’a révolté ! Ça m’a choqué ! Je ne m’y attendais pas du tout. Je ne m’imaginais pas une seule seconde de ma vie que le Sénégal et la Mauritanie puissent être des ennemis », confie-t-elle dans un accent grave montrant encore son amertume, son indignation et son écœurement. De cette période douloureuse,  elle en garde toujours des souvenirs regrettables et amers comme un comprimé de nivaquinine.  Et, aujourd’hui, presque vingt ans après, lorsqu’elle en parle, c’est comme si elle était marquée au fer rouge. «Je n’aime pas faire ma promotion sur des misères qui se sont déroulées à l’époque. Mais, c’est une époque que j’ai très mal vécue », avoue-t-elle avec une pointe de fausse modestie. Sa prise de position, son courage et son humanisme  lui valurent même des récriminations de la part de la communauté maure dont elle est issue, des menaces d’intimidation et de mort de la part de certains extrémistes. Cela, elle le paiera cher, trop cher même. «A Paris, se souvient-elle, on me téléphonait. On me harcelait. J’étais obligée de déménager en 1989. Et laissez-moi vous dire que déménager à Paris, ce n’est pas une sinécure. J’étais obligée de changer de numéro de téléphone. J’étais obligée d’aller dans un autre quartier puisqu’on me téléphonait tous les soirs pour me dire beaucoup de méchancetés que je ne vais pas débiter ici tout de même. Ils me disaient : ‘De quoi tu te mêles ?’, ‘Ça ne te regarde pas’… » Elle en souffrira beaucoup, réduite presque à l’anonymat et à la peur. 

 

La révolte contre l’arabisation 

 

La fin des années 70 verra le début de l’instauration de l’arabisation dans le système éducatif mauritanien. Elle faisait le collège. Là aussi, elle se révoltera voyant dans l’arabisation une manière évidente de marginaliser la communauté ‘négro-mauritanienne’. Elle sera l’une des rares mauresses à manifester contre cette décision passée comme lettre à la poste. «Je ne suis pas contre l’arabisation du système. Loin s’en faut et j’insiste. Mais brusque, je savais que ça lésait la partie négro-mauritanienne. »C’était la période des hommes de treillis ! «J’ai toujours été contre le régime des militaires puisqu’il n’y a pas de démocratie véritable », dit-elle. Ses relations avec les différents régimes qui se sont succédés furent exécrables et tendues. «Je défie quiconque de me sortir une image de moi, une chanson de moi, quelque chose de moi sous un régime militaire quelconque », lance-t-elle et de rajouter : «C’est dans les casernes qu’ils doivent être. J’aime beaucoup les militaires. Nous avons besoin de nos militaires : ce sont des fils de la nation. Nous avons besoin d’eux lorsque nous sommes menacés. Nous n’avons pas besoin de militaires dans les bureaux ni à la présidence encore moins dans un ministère.» 

Elle croit dur comme fer que tous les mauritaniens ne sont pas tous des extrémistes. Les massacres qui ont résulté des évènements de 1989, soutient-elle, est l’œuvre d’un régime militaire. «Et il ne faudrait pas que nos autres communautés (poular, soninké et wolof, NDLR) de ce pays croient qu’elles ont un problème avec une communauté (maure, NDLR). NON ! », préviesnt-elle. 

Elle regrette le fait que la Mauritanie n’ait pu jamais exploiter sa position stratégique de pays-passerelle entre le monde africain et le monde arabe. «C’est une force, pense-t-elle, mais nous en avons toujours fait une faiblesse jusqu’à présent. Pourquoi ? » 

 

‘Je ne suis pas la chanteuse du pouvoir’ 

 

Depuis le 19 avril 2007, la Mauritanie est dirigée par Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi. Tahara Mint Hembara qui a soutenu le programme politique de ce dernier durant sa campagne présidentielle, est optimiste puisque ce dernier a tenu toutes ses promesses. «Tout est en train de se mettre en place », dit-elle. Même si elle comprend dans une certaine mesure l’empressement des mauritaniens. «Par essence, l’être humain est pressé. Nous voulons tout, tout de suite. Ce n’est pas possible. Il faut donner du temps au temps », estime-t-elle. «Je pense que les choses s’acheminent vers le bien et que ça va aller de mieux en mieux. Si ça ne va pas, au vote prochain, on sanctionne les gens qui n’ont pas été à la hauteur. C’est tout. Où est le problème », poursuit-elle en faisant savoir qu’elle serait la première à sanctionner le pouvoir. 

Depuis quelques temps, Tahara Mint Hembara a le vent en poupe : célébration du 8 mars, invitée à la visite du président allemand Kohler, retour des déportés…Cette femme de l’Est semble être adulée par le pouvoir de Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi. Alors chanteuse du pouvoir ou non ? «Non, je ne suis pas la chanteuse du pouvoir. Absolument pas ! », se défend-elle. «J’ai été à coté des déportés puisque ce sont mes convictions, explique-t-elle. Je venais faire ce que j’avais fait il y a 20 ans. Il n’y a pas de raison que je ne sois pas là. Quand je suis venue au 8 mars, ce n’est pas le pouvoir. Le 8 mars, c’est la fête de la femme. Lorsqu’on m’a invité lors de la visite du président allemand, c’était avec un groupe d’artistes dont je faisais partie. » 

Bourrée d’idées à faire craquer n’importe qui, elle ne compte pas se ré-investir dans le combat politique. «Pendant longtemps, j’ai fait de la politique : je me suis battue. Maintenant, je préfère prendre un peu de recul par rapport à la politique », annonce-t-elle pour se consacrer à sa passion : la musique. «Je ne suis pas une artiste qui applaudit à l’aveuglette, assure-t-elle, et je ne suis pas non plus une artiste qui applaudit derrière des gens pour avoir quelque chose. » 

Aujourd’hui, celle qui a tout donné à son pays attend le retour de l’ascenseur. Mais, elle est à bout de souffle lorsqu’elle est cataloguée comme étant l’artiste du pouvoir. Elle qu’on a contraint à l’exil en lui empêchant de passer son baccalauréat tout simplement parce qu’elle défendait une cause noble. «Je suis l’artiste qui n’a jamais fait de promotion personnelle sur le dos d’une partie de la population, fulmine-t-elle comme pour se justifier. Je ne suis pas l’artiste d’un camp. Je suis l’artiste de tous les mauritaniens qui souffrent d’injustice. » 

Tahara Mint Hembara est l’une des rares femmes mauritaniennes à s’être inscrite à l’université de Sorbonne de Paris I. «Je n’ai pas pu pousser mes études à cause du fait qu’il fallait chanter le soir et terminer le matin. Je suis une petite nature. Je ne pouvais pas assurer tout cela. J’étais obligée de laisser tomber ma 3ième année. J’ai formé mon groupe composé de métisses. Nous avons sillonné l’Europe et nous avons commencé à gagner de l’argent », affirme celle qui se définit comme étant une citoyenne du monde. «Quand on est correct, intelligent, sympathique, bon : les gens vous acceptent. Je suis une femme qui a un casier judiciaire absolument vierge à mille pour cent en France. Partout où j’étais, je n’ai jamais eu de problème parce que je suis quelqu’un qui est respectueuse des valeurs humaines », rappelle-t-elle. 

 

Le destin d’une intellectuelle griotte 

 

Non seulement, Tahara Mint Hembara est une artiste mais aussi c’est une intellectuelle, une commerçante. Et surtout, une grande humoriste. «J’adore rire. Je peux passer toute une journée en train de faire rire. Le rire, c’est un métier très difficile. Ce n’est pas donné à n’importe qui ! », se targue-t-elle avec beaucoup de coquetterie et d’humour. «J’écris aussi, révèle-t-elle. J’écris ma vie. J’écris la vie des gens autour de moi. J’ai une plume pas très mauvaise, j’espère. Un jour, quand je publierai, on verra bien. Il y en a d’ailleurs qui auront de véritables surprises (rires) : bonnes ou mauvaises. Ça dépend de ce qu’ils ont fait. » 

Tout ce qui est péjoratif, elle n’aime pas. Certainement dû à ses origines griottes. Et comment, cette enfant unique qui a grandi dans une famille de tribu guerrière du coté de son père adoptif(Ahmed O. Said, de la tribu des Oulad Demane qu’elle chérit beaucoup) qu’elle prenait pour son propre papa ; d’une famille où il ne résonnait aucune note musicale est devenue l’une des plus grandes cantatrices de l’Afrique ? «Ça a été une véritable passion », explique-t-elle. Un des greniers de la musique traditionnelle mauritanienne, elle avertit : «Notre musique traditionnelle, on ne doit pas la toucher. On doit la laisser telle quelle. »Mais pour que cette musique soit préservée des coups de foudre de la musique moderne, pense-t-elle, il faut qu’elle soit écrite, qu’on crée des instituts de musique, que les enfants y aillent comme ils vont à l’école, que les autorités donnent de l’importance à la culture. Mais aussi, à ses yeux, la rendre plus swing, plus classique et plus dansante… 

L’album ‘Yaman Yaman’, c’est elle. Le 1er album international mauritanien sorti en 1989 à Paris. D’ailleurs, l’un des morceaux de cet album sera repris quelques années plus tard par David Bowie. Ce succès ne sera que de courte durée : elle sera victime d’un accident opératoire qui l’astreindra à s’éloigner des scènes et de la musique. Le temps aussi de se marier pour faire plaisir à sa maman. «Le mariage est une institution religieuse très importante qu’il faut respecter jusqu’au bout et ce n’est pas évident », précise-t-elle. Maintenant, elle vit seule : un cœur à prendre ? «Je ne sais pas », glousse-t-elle. Prête à se remarier après deux mariages merveilleux ? «Je vous assure que je suis incapable de vous répondre. Je voudrais prendre quelques années sabbatiques », dit-elle en rigolant. 

La chanson sur l’unité et la réconciliation nationale, c’est elle aussi. Un morceau chanté dans toutes les langues nationales du pays et dans tous les foyers. De Nema, sa ville natale, elle n’en garde que des réminiscences vagues. «Je me souviens que le sable était noir », dit-elle. Femme de culture, elle pense qu’elle a le charisme et toutes les qualités humaines pour faire de la politique. «Je sais parler aux gens, commente-t-elle, leur dire la vérité sans les blesser. Je suis quelqu’un qui est pour l’unité nationale. Je suis quelqu’un qui aime les gens et qui les défends. » Ayant longtemps refusé de courber l’échine, maintenant, elle ne demande qu’une chose : l’amour des mauritaniens. «On m’a tellement mal aimée pendant longtemps que j’ai besoin d’amour et d’ailleurs je demande à tout le monde de m’aimer. Je fais un appel solennel aux mauritaniens de m’aimer. J’ai besoin de leur amour surtout ! » 

Femme épanouie, elle ne regrette rien de sa vie même de n’avoir pas eu d’enfants. Emotive, elle le devient lorsqu’elle évoque sa mère disparue en 1999. «Si je pouvais imaginer qu’elle disparaîtrait d’un coup, je ne me serai jamais absentée toutes ces années-là. » 

 

Babacar Baye Ndiaye 

ducdejoal@yahoo.fr 

 

 

  

  

 

 

( 30 mars, 2008 )

Détournement de mineures

 

 Oumoul Khairy : mariée à 6 ans, divorcée à 8 ans 

 

L’Association des Femmes Chefs de Famille (l’AFCF) a organisé, ce samedi 29 mars, à son siège sis Tévragh-Zéina, une conférence de presse. A l’ordre du jour, deux points : le premier concernait l’arrestation du rédacteur en chef du quotidien arabophone  Essirage, Mohamed Salem O. Mohameddou par la police mauritanienne la semaine dernière et le second point était relatif au détournement de mineures. Le cas de Oumoul Khairy mariée à 6 ans et divorcée à 8 ans constitue un exemple bouleversant d’une atrocité bien avérée digne d’un autre âge. 

L’AFCF se solidarise avec Mohamed Salem O. Mohameddou rédacteur en chef d’Essirage 

Aminétou Mint Ely Moctar a condamné, au cours de ‘sa’ conférence de presse, la manière dont le journaliste d’Essirage Mohamed Salem O. Mohameddou a été appréhendé par les forces de l’ordre. (Il fut cueilli sans mandat d’arrêt dans son lieu de travail, NDLR). Cela, à ses yeux, est inadmissible surtout dans un pays démocratique. «Dans un pays qui veut avancer, dit-elle, la moindre des choses, c’est d’accorder la liberté d’expression et la liberté d’opinion à sa presse et à ses journalistes. » 

La présidente de l’Association des Femmes Chefs de Famille a mis en exergue le rôle de la presse dans l’information des populations mauritaniennes, l’ancrage de la démocratie et le développement  de notre pays. Selon elle, les pouvoirs publics ne doivent pas s’immiscer encore moins fouiner dans le travail de la presse et des journalistes. L’arrestation de ce journaliste démontre, s’exclame-t-elle, que les autorités veulent museler la presse et tuer dans l’œuf la liberté d’expression et d’opinion dans notre pays. En outre, elle a demandé la libération immédiate et sans condition de Mohamed Salem O. Mohameddou rédacteur en chef du quotidien arabophone  Essirage. «Nous lançons un appel à l’Etat mauritanien de libérer ce journaliste qui reste encore détenu. Nous ne voulons pas qu’il y ait une tache qui va salir l’image de notre pays», note-t-elle. 

Tout en réitérant son soutien et sa solidarité à Mohamed Salem O. Mohameddou, la présidente de l’Association des Femmes Chefs de Famille, Aminétou Mint Ely Moctar a réaffirmé son engagement en faveur de la justice et de la liberté d’expression, seuls gages d’un Etat de droit. 

 

Cas de mariage précoce  

Une fillette mariée à 6 ans et divorcée à 8 ans ? Cela est arrivé en République Islamique de Mauritanie. Son nom : Oumoul Khairy.  Agée aujourd’hui de 8 ans, elle a été amenée en Arabie Saoudite, à l’âge de 6 ans par sa tante El Moumina Mint Tijani qui l’a marié à un certain Abdelatif O. Adel. Ce dernier, après avoir violé la petite, a été expulsé d’Arabie Saoudite. Ce cas de mariage précoce, à la limite répugnant, est un véritable cas de conscience. Durant deux années, elle a été torturée et maltraitée par sa propre tante et la famille de cette dernière. Sans que ces parents ne soient véritablement pas au courant ! 

Ecœurée par ce mariage précoce qu’elle qualifie de détournement de mineure et de viol, Aminétou Mint Ely Moctar a appelé les autorités à être plus vigilantes sur ce genre de trafic qui sont devenues monnaie courante dans notre pays. Souvent l’œuvre de réseaux hyperstructurés avec parfois la complicité de certains policiers, les trafics d’enfants et de petites filles se développent de jour en jour au su de tout le monde sans que cela ne fasse rechigner personne. Estimant que de telles pratiques sont contraires aux principes de l’islam, Aminétou Mint Ely Moctar a demandé l’appui et la solidarité de tout le monde pour freiner de telles pratiques. Par rapport à ce cas, l’AFCF, a révélé sa présidente, va porter plainte au niveau de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et de saisir aussi le ministère de la promotion féminine, de la femme et de l’enfance. Oumoul Khairy, a promis Aminétou, sera encadrée et alphabétisée. 

Sur le plan juridique, le cas de Oumoul Khairy est un cas très grave qui viole le Code du Statut Personnel qui stipule que le mariage doit se faire à l’âge de 18 ans au moins. Que dire de cette fillette âgée seulement de 8 ans ? 

Cet énième cas de détournement mineure pose aussi le problème des trafics d’enfants souvent utilisés pour servir de prostituée dans certains pays arabes. Aminétou a demandé à la presse de faire des investigations sur ces pratiques qui avilissent l’être humain dont la majorité des victimes demeurent des mineures souvent livrées à elles-mêmes. 

 

Babacar Baye Ndiaye 

( 24 mars, 2008 )

Acte 2 de la phase de rapatriement: Les déportés de la wilaya du Brakna retournent à la terre et au sang!

Située au sud de la Mauritanie, Boghé, une ville frontalière avec le Sénégal, séparé seulement de quelques 70 mètres par le fleuve Sénégal, est à moins de 350 km de Nouakchott. Au bord du fleuve- à Boghé, il n’y a pas d’embarcadère ni de quai- dans le quartier de Boghé Escale, des centaines de personnes attendent d’un moment à l’autre les déportés mauritaniens venant de Ndioum, une ville du Sénégal, frontalière aussi avec la Mauritanie dans le cadre du rapatriement volontaire.

Dès les premières heures de la matinée, les populations de Boghé ont pris d’assaut les berges du fleuve où étaient aménagées pour la circonstance des tentes qui devenaient de plus en plus trop exiguës au fur et à mesure qu’elles affluaient. Et pour parer à toute éventualité, toutes les dispositions nécessaires furent prises par l’ALPD, l’ONG chargée de l’organisation, de l’accueil et de l’installation des déportés dans leur site.

«Nous avons mis toute la logistique en place, rassure monsieur Mohamed Lemine Bakayoko chef d’antenne de l’ALPD(Brakna et Trarza). Toutes les pirogues sont en place accompagnées de femmes pour aider les enfants avec des besoins spécifiques et équipées de gilets de sauvetage. Nos camions sont en place en attendant la traversée pour acheminer les déportés vers la maison des jeunes pour remplir leur formalité. »Aucun incident ne fut enregistré au cours de la traversée qui a duré plus de deux heures. Pas de doute non plus ni de crainte de la part de l’ALPD qui affichait une bonne mine ce dimanche 23 mars. 

L’ambiance était festive. Il y avait les familles qui étaient venues accueillir leurs frères, leurs sœurs, leurs parents. «C’est la joie extrême, confie Dioum Ciré responsable de l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme à Boghé venu accueillir lui aussi les déportés. Tout le monde est là. Aujourd’hui, grâce à la volonté du chef de l’Etat, le retour des déportés est devenu une réalité. » Et de demander aux autorités d’assurer le suivi du retour des déportés autrement dit les rétablir dans leurs droits : logement, éducation, santé…

En attendant, la fête continue toujours sous un soleil de plomb. Dans la foulée, les déportés rentrés en 1995. Parmi eux : Amadou Sow dit Demba Gaye. Pour ces gens-là laissés en rade, rien encore n’a été prévu jusqu’au moment où le ministre de l’Intérieur prononçait son discours. «Nous souhaitons vraiment que notre cas soit réglé », plaide-t-il. Doléances bien captées par Yall Zakaria puisque dans son discours, il annoncera un certain nombre de dispositions qui seront prises dans ce sens. 

La joie, la tristesse, l’émotion étaient au rendez-vous idem les pleurs et les larmes. Dans ce tohu-bohu indescriptible, certains déportés ont accompli deux rakats surrogatoires pour rendre gloire à Allah, le Tout Puissant. Une image très forte ! La venue des déportés mauritaniens est toujours un moment de temps fort qui ne laisse personne indifférente. 

«C’est épatant de voir des citoyens revenir dans la joie et l’allégresse dans leur pays après tant d’années d’endurance à l’étranger…», lâche un habitant de Boghé sous le coup de l’émotion en voyant les déportés descendre des pirogues. Non loin, d’autres regardent et contemplent les déportés. «C’est la consécration de l’orientation du Président de la République, souligne Abdoulaye Mamadou Ba conseiller à la présidence de la République.

C’est l’apogée de la réalisation d’une partie très importante du programme du Président de la République qui a tenu à ce que justice soit rétablie par rapport à ce qui s’était passé en 1989. La Mauritanie ira dorénavant de l’avant avec une citoyenneté bien rétablie pour nos compatriotes qui ont vécu à l’étranger. C’est aussi le signe que l’Etat de droit est en train de s’enraciner davantage dans notre pays pour le bonheur des mauritaniens, pour le futur du pays et de son développement. » 

C’est sous le crépitement des flashs, des ovations, des rythmes de tam-tam et de chants que les déportés ont été accueillis. Jus, biscream, eau minérale, boisson, gâteaux…Tout a été prévu contrairement à Rosso. Cependant, l’ALPD, chargée par ailleurs de l’organisation et de l’accueil des déportés a eu d’énormes problèmes : problèmes de coordination, d’organisation et surtout d’espace… 

Au demeurant, toutes les autorités concernées par ce rapatriement ont été mises à contribution pour que ce retour se déroule dans de très bonnes conditions. Pour ne pas omettre ou commettre les mêmes erreurs lors de la phase test de rapatriement qui s’était déroulée à Rosso le 29 janvier dernier, les points ont été mis sur les i.

«L’Etat a dévolu l’organisation de cette opération de retour et de réinsertion à l’ANAIR qui est en collaboration avec le H.C.R. Ces organismes prendront en considération toutes les observations et je suis sûr que des solutions seront trouvées le plus rapidement possible par rapport à toutes les doléances qui auront été posées par nos compatriotes », a assuré Abdoulaye Mamadou Ba conseiller à la présidence de la République faisant allusion à l’utilisation de tentes pour subroger les bâches où il fait excessivement chaud pendant la journée.   

Ouvrant la cérémonie officielle, le maire de Boghé Ba Adama Moussa et membre de l’union des Forces de Progrès, a esquissé son discours par un retentissant : «Chers compatriotes rentrés aujourd’hui de déportation, je vous salue et  je vous souhaite la bienvenue dans votre chère patrie la Mauritanie et dans votre ville Boghé… » suivi d’ovations des populations. 

«Personne n’ignore les conditions inhumaines dans lesquelles vous aviez été déportés et les difficultés que vous avez enduré durant ces 20 dernières années… », rappelle-t-il en s’adressant aux déportés revenus, dit-il, grâce à la sagesse, à la persévérance, au courage et au patriotisme de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dont la moindre allusion provoquait des salves d’applaudissements de la part des populations. 

En effet, la cérémonie de Boghé marquait le retour du 4ième groupe des déportés mauritaniens mais surtout le 1er groupe pour la Wilaya du Brakna. «La solution de ce problème hérité du passé ne se réduit pas tout simplement  à ouvrir la voie du retour, a précisé le directeur de l’ANAIR Moussa Fall, mais va au-delà vers la garantie d’une vie digne. » 

Dans ce cadre, l’Agence Nationale d’Appui et de Réinsertion des Réfugiés, pour couper l’herbe sous les pieds et éviter tout amalgame, a déjà entrepris pour cette première vague des déportés de la wilaya du Brakna un programme d’appui et d’accueil pour les  nouvelles familles dont chacune bénéficiera, dans le cadre de la dotation d’accueil, 700.000 Ouguiyas.

Et le directeur de l’ANAIR de saisir l’occasion pour divulguer les trois composantes du plan d’action de son agence. «D’abord, le plan d’accueil renforcé(PAR) qui consiste à réaliser des projets d’intérêts communs en faveur des populations d’accueil en général et des actions spécifiques et bien ciblées en faveur plus particulièrement des rapatriés de 96-97 et 98 et des muçafirines qui étaient expulsés du Sénégal.

Une étude d’évaluation rapide de ce programme a été engagée en partenariat avec l’Université d’Arizona et des équipes conjointes de nos deux institutions qui sillonnent actuellement les différentes régions ciblées. Cette étude sera soumise après sa validation par le gouvernement à l’appréciation des partenaires techniques et financiers.

Ensuite, nous avons engagé le plan d’action de l’ANAIR qui comporte un plan d’insertion durable qui vise à assurer une cohabitation harmonieuse et  durable des populations dans les différentes wilayas d’accueil des rapatriés. La réussite de ce programme permettra à terme de renforcer nos capacités et de surmonter les défis de l’insuffisance de la production agricole et de l’insécurité alimentaire de notre pays.

Une dernière composante du programme de l’ANAIR vise les rapatriés revenus en dehors de l’accord triparti. Mais comme l’a si bien dit le Président de la République, la sagesse nous recommande d’ordonner les priorités, de commencer par rétablir dans leurs droits ceux qui ont subi l’injustice de la part de leur pays et de créer une atmosphère qui nous aidera à faire face à l’ensemble des problèmes avec davantage d’unité, de fermeté et de capacité. » 

Bien sûr, le H.C.R. a été de la partie. Son représentant à Nouakchott, Didier Laye, a tiré un chapeau aux autorités du Brakna pour leur soutien enthousiaste, rapide et efficace. «Sans quoi, cette opération n’aurait pu avoir lieu dans les conditions que nous voulions c’est à dire de rapidité mais surtout de confort et de dignité pour les personnes qui rentraient », soutient-il visiblement satisfait aussi de la volonté du Président de la République, du soutien de la communauté internationale et du désir des déportés de retourner chez eux. 

Depuis le début du rapatriement, plus de 900 personnes sont revenues volontairement. Pour ce qui concerne la wilaya du Brakna, deux autres rapatriements sont prévus ce 25 et 27 mars courant. «Nous allons continuer les rapatriements et maintenir la cadence », a promis Didier Laye même en dépit des tergiversations, des interrogations et des limites du H.C.R. 

Quant au représentant des déportés, Abdou Roudou, il a essentiellement centré son laïus sur le pardon et la tolérance en faisant savoir qu’ils sont fiers de retourner à leur pays d’origine sans regret ni rancœur. 

C’est sous un soleil qui tapait si fort que le ministre de l’Intérieur Yall Zakaria, en convalescence, a prononcé son discours : «Bismillah, Bismillah, Bismillah. » Avec ce retour, «une page se tourne, dit-il, un jalon dans la restauration et la consolidation de l’unité nationale » ; l’administration et l’Etat accompagneront les déportés dans leur réinsertion de la vie active nationale. 

A la tête d’une très forte délégation(ambassadeurs d’Espagne, des Etats-Unis et d’Allemagne, de la Représentante du système des nations unies en Mauritanie), le ministre de l’Intérieur a fait savoir que la volonté politique du gouvernement mauritanien de résoudre le problème des déportés mauritaniens est évidente et  réelle. 

«Tous les gages de sincérité ont été donnés et tous les mécanismes d’encadrement de l’accueil des réfugiés sont aujourd’hui opérationnels et donnent entière satisfaction », estime Yall Zakaria en donnant l’exemple de la Commission Nationale d’Identification des Réfugiés et ses antennes régionales et locales qui fonctionnent, selon lui, de manière satisfaisante. 

Dans le cadre des premiers mouvements de rapatriements, une équipe de l’université d’Arizona sera bientôt au Brakna pour la collecte des données pertinentes pour la formulation d’un programme cohérent et intégré de développement au profit de tous les rapatriés et de tous les muçafirines et des populations des zones d’accueil.

L’enjeu de ce programme est de taille : répondre aux sollicitudes des rapatriés, réaliser ou rétablir des infrastructures de base, formuler des projets d’insertion dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et d’activités génératrices de revenus… «L’échec et les dysfonctionnements ne sont pas permis », a déclaré le ministre de l’Intérieur Yall Zakaria. «Cette phase d’insertion des rapatriés est cruciale et requière une forte mobilisation des pays amis et des partenaires au développement », reconnaît-il. L’objectif étant de créer par ailleurs les conditions d’un développement harmonieux et solidaire. 

Le lancement des opérations de retour et d’insertion des déportés au Brakna marquait la phase d’accélération du processus de rapatriement. Les autorités administratives régionales et départementales ont été engagées par le ministre de l’Intérieur pour la réussite de ce projet si cher au Président de la République. 

Moins de 300 personnes furent concernées par cette phase : elles bénéficieront des programmes d’urgence de l’ANAIR, de l’appui du H.C.R. et du P.A.M. dans leurs sites. Elles recevront aussi leurs pièces d’état civil et leurs cartes d’identité nationale comme l’a assuré le ministre de l’Intérieur Yall Zakaria, dans le respect des lois et règlements du pays. 

Toutes ces personnes ont été installées à Boinguel Tchilé, leur village d’origine situé à quelques 15 minutes de Boghé, où 85 tentes sont aménagées par le H.C.R. Cette localité rasée durant les événements de 1989 ne donne pas aujourd’hui l’image qu’elle fut habitée en y mettant les pieds tellement qu’elle ressemble à un cimetière. 

Babacar Baye Ndiaye 

( 24 mars, 2008 )

Birame O. Dah: »Radio Mauritanie a tendance à faire perpétuer les instincts pro-esclavagistes »

Dans un entretien exclusif accordé au Rénovateur Quotidien, Birame O. Dah, membre de S.O.S. Esclaves et de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, a fustigé l’attitude passive et même complice de l’administration territoriale, de la police judiciaire, de la justice et surtout des médias officiels plus particulièrement Radio Mauritanie qui perpétue, selon lui, les vieux instincts pro-esclavagistes. 

 

L’esclavage reste encore une tare fortement ancrée dans la société mauritanienne. Malgré une loi qui a été votée, il continue de subsister. La preuve, les organisations de défense des droits de l’Homme et notamment les anti-esclavagistes sont régulièrement saisies et assaillies par les victimes de cette pratique ringarde. La dernière en date : Haby Mint Rabah. Née en 1973, elle ressemble maintenant à ces vieilles femmes du Darfour fuyant la terreur et la misère. 

Véritable cas de pratique esclavagiste, les autorités de la wilaya du Trarza en premier lieu le wali, monsieur Abdallah O. Mohamed Mahmoud, ont nié le fait que Haby Mint Rabah eut été esclave de Abdallahi O. Moctar. «Lorsque ce problème leur a été posé, ils ont affirmé que c’est un faux problème d’esclavage et une dénonciation fausse et mensongère », rapporte Birame O. Dah qui a fait savoir parallèlement que le comportement du wali du Trarza prouve bel et bien que certaines autorités du pays continuent à narguer la loi en refusant son application. Birame O. Dah signe et persiste avec des allégations à l’appui que ce dernier continue de jouer le jeu des esclavagistes. Assumant entièrement ses propos, il n’y est pas allé par quatre chemins pour dénoncer le manque de collaboration franche et sérieuse du wali du Trarza sur ce cas d’esclavage avéré. 

A la suite d’un ordre de mission et d’un mandat ordonné par la Commission Nationale des Droits de l’Homme, Haby Mint Rabah a pu être libérée du joug de son maître, Abdallahi O. Moctar, malgré des écueils rencontrés : la gendarmerie n’a pas été compréhensive. Et pourtant, la loi est sans équivoque là-dessus : lorsqu’il y a présomption de crime(l’esclavage relève du crime de droit commun), le ministère public et la police judiciaire doivent immédiatement enclencher une procédure d’enquête qui doit mettre les choses au clair. Actuellement, l’enquête est entre les mains de la Gendarmerie Nationale de Méderdra. En attendant qu’elle détermine la véracité d’actes ou pratiques esclavagistes de la part de son maître, Haby Mint Rabah vit dans la maison de Birame O. Dah à PK. Par rapport à l’affranchissement économique des esclaves, rien a été encore fait par le gouvernement pour soutenir les esclaves. «Il y a plusieurs esclaves chez moi, rencarde Birame O. Dah, alors que je ne suis qu’un simple fonctionnaire très modeste. J’ai un salaire qui ne peut même pas me faire vivre avec ma famille. Nous sommes obligés, avec les militants des droits de l’Homme, par des cotisations, de prendre en charge des familles ou des personnes qui sont libérées de l’esclavage. » 

Toujours, dans le cadre de l’affranchissement économique des esclaves, le gouvernement a promis 6 milliards d’ouguiyas. Cet argent, pense Birame O. Dah, doit servir à prendre en charge les esclaves et non pas à remplir les poches des maîtres-esclaves. En outre, constatant que la fondation KB est très impliquée dans la lutte contre la réduction de la pauvreté, qu’elle fait des activités de bienfaisance, il a lancé un appel à la dite fondation et notamment à sa présidente de se tourner vers les victimes de l’esclavage qui sont en grande majorité des femmes. «On se demande, s’interroge-t-il, pourquoi les femmes esclaves qui sont libérées du joug de l’esclavage ne bénéficient pas de l’aide de cette fondation ? » 

Concernant l’éradication de l’esclavage, ce n’est pas seulement l’administration territoriale, la police judiciaire ou la justice qui traînent les pieds, il y a également les médias officiels comme Radio Mauritanie. Sur un ton corrosif, Birame O. Dah a accusé cette dernière de perpétuer les instincts esclavagistes. Dur aussi, il a été avec Horizons à qui il a récriminé son refus de donner la parole à certaines personnalités, mouvements et organisations anti-esclavagistes. 

Cette attitude de rétraction de ces deux médias officiels, pense-t-il, montre parfaitement qu’ils perpétuent encore les méthodes de l’ancien régime. «A longueur de jour et de nuit, ils font des tables rondes qui s’orientent vers la négation de l’esclavage et le manque de sensibilisation », constate-t-il. «Radio Mauritanie est en train d’enraciner la culture négationniste et la culture esclavagiste », poursuit-il tout en demandant aux autorités de révoquer le directeur actuel de Radio Mauritanie et ses collaborateurs qui perpétuent la confusion sur l’esclavage mais aussi de s’attaquer à la phase d’affranchissement économique des esclaves qu’il estime le plus important car sur ce point, beaucoup d’équivoques restent à lever. Les esclaves, du fait de leur analphabétisme et leur manque d’information, ignorent carrément la teneur de la loi sur l’esclavage ni des orientations de l’Etat sur cette pratique. Là aussi, Birame O. Dah n’a pas mâché ses mots. Il a indexé Radio Mauritanie de ne pas jouer véritablement son rôle dans la campagne de sensibilisation contre l’éradication de l’esclavage. Pour lui, Radio Mauritanie est une radio qui promeut la culture esclavagiste. «Radio Mauritanie est restée une radio esclavagiste, une radio qui continue à rabattre les citoyens par un négativisme inlassable de l’esclavage. » 

 

Babacar Baye Ndiaye 

ducdejoal@yahoo.fr 

 

 

  

( 24 mars, 2008 )

Abderrahmane Cissako, cinéaste: »l’espoir de trop est toujours un danger! »

A l’issue d’une visite dans les locaux de ‘La Maison des Cinéastes’, Abderrahmane Cissako, l’auteur du film ‘Bamako’ qui lui a valu la distinction de l’Etalon de Yélinga, a tenu une conférence de presse au cours de laquelle, il a appelé les autorités mauritaniennes notamment celles du Ministère de la Culture et de la Communication à  soutenir et appuyer les initiatives de ‘La Maison des Cinéastes’ qui représente, selon lui, un symbole très important. 

 

C’est toujours un plaisir d’entendre Abderrahmane Cissako parler de culture, de développement, d’avenir  et d’unité. Il en a été beaucoup question durant toute sa conférence de presse. A cette occasion, il n’a pas manqué l’opportunité de souligner toute son admiration envers les femmes et hommes qui composent ‘La Maison des Cinéastes’. Et surtout toute sa considération envers Abderrahmane O. Salem, malheureusement absent à cette conférence de presse. «Si ‘La Maison des Cinéastes’ est ce qu’elle est aujourd’hui, c’est grâce à un homme (Abderrahmane O. Salem, NDLR) », a-t-il déclaré. Mais cela n’est pas suffisant pour lui. «Une seule personne ne peut pas tout faire. Il faut une volonté commune et des énergies », pense-t-il. «Il ne peut y avoir de développement sans un développement culturel. Ce n’est pas possible ! Aucun pays ne peut se développer sans se regarder en face. La Culture, elle permet à quelqu’un de se voir dans son miroir. Lorsqu’on n’a pas la capacité de se voir, d’intégrer son voisin, son frère, on n’est pas fort soi-même. »

Pour lui, la Culture peut jouer un rôle fédérateur en Mauritanie et que nous sommes condamnés inéluctablement à vivre en paix ensemble d’autant plus que nous formons une communauté de destin.  « L’homme doit se réconcilier en permanence avec soi-même et son voisin. C’est pourquoi on dit ‘assalamou aleykoum’.»

 «Nous sommes encore un pays jeune. Quand voit les indépendances, c’est assez récent. Les accidents qui ont eu lieu dans cette vie récente de ce pays, je pense qu’il faut l’accepter, le comprendre et penser au futur. 50 ans pour un pays, ce n’est rien. C’est à nous jeunes de bâtir ce pays et nous pouvons le faire. La culture peut jouer un rôle fondamental dans tout cela », rappelle-t-il en donnant l’exemple de ‘La Maison des Cinéastes’.

«Plus on est une force, plus on est une vérité. Une vérité, elle peut ne pas s’imposer un jour, deux jours ou trois jours. Mais une vérité, elle s’impose toujours. Elle va finir par s’imposer parce qu’elle transcende tout. Elle va s’imposer parce qu’il y a toujours des gens qui y croient »,

A ses yeux, la Mauritanie et les mauritaniens doivent essayer de tourner la page et affronter avec lucidité les défis qui leur sont posé et non pas s’attarder sur des choses inutiles qui ne les font pas avancer.

«Nous venons tous de milieux simples et de sociétés simples. La notion ‘je viens d’une grande famille’ ne doit pas être notre objectif. Je n’ai jamais cherché -et je ne le ferai- pas à me positionner et à expliquer véritablement d’où je viens. Je ne rentre pas dans les détails. Quand on rentre dans la justification de quelque chose, on encourage autre chose. Je suis un homme et je cherche à être honnête avec moi-même. Je cherche à être honnête avec mon peuple. Je ferai un travail dans ce sens. Je n’ai pas besoin d’appartenir à tel ou tel. Je n’en ai pas franchement besoin. Je crois aussi le rôle de la culture, c’est ça : comment arriver à réconcilier les hommes, comment arriver à gommer les concepts qui sont dans les mentalités et qui nous ramènent en bas. En procédant ainsi, on crée finalement la méfiance de l’autre. On crée des barrières qui, en réalité, n’existent pas » et c’est une erreur, pense-t-il de se glorifier de ses origines parce que ça n’a pas d’importance. « Toute origine est forte. Toute origine est glorieuse. On ne peut pas plus glorieux que son voisin. On est des êtres humains et je pense que chaque être humain  doit faire en sorte d’apporter la paix. »

 

«Moi, je crois en l’homme même si on est déçu par des comportements humains. Mais l’homme est toujours capable du meilleur. Et c’est ce meilleur qu’il faut toujours cultiver à chaque fois. C’est un travail très lent : le travail de la culture et c’est trop long aussi ; donc, il ne faut pas s’attendre à un résultat aujourd’hui ou demain. »

 

« A chaque fois en Mauritanie, j’ai le sentiment de n’avoir pas fait assez », avoue-t-il.

 

«Je suis là beaucoup plus confortable qu’ailleurs et malheureusement certaines choses s’imposent à moi tout simplement comme cinéaste africain. »

 

«Quand on appartient à une injustice qu’est l’Afrique, la mission est beaucoup plus lourde et beaucoup plus importante. Un acte, on le pose pour le continent parce qu’il en a besoin. Mais chaque être humain, il vient de quelque part. lorsqu’on ton pays te manque, tu n’es pas forcément fort. Mais quand tu n’es plus dans ton pays, tu as une capacité qui permet d’entrevoir les choses d’une certaine façon et peut-être de l’aimer encore plus. Quand on vit des quotidiens difficiles, on est déçu beaucoup plus facilement. »

 

«Je ne cherche pas de façon phraséologique en parlant ou en écrivant d’avoir des positions politiques ou de parler de la souffrance des gens. Je ne suis pas encore ici pour vivre un quotidien. Mais ce qui passe me concerne. J’ai envie de me battre pour l’avenir du pays parce que je crois en l’avenir de ce pays-là », conclut-il.

babacar baye ndiaye

1234567
« Page Précédente  Page Suivante »
|