• Accueil
  • > Recherche : isselmou ould khattry
( 28 février, 2009 )

Fortune du général, affaire Air Mauritanie, Riz avarié : Le Fndd livre ses secrets…

De l’affaire d’Air Mauritanie en passant par la fortune d’Aziz mais aussi du PSI, le Fndd publie une série de révélations en guise d’éclairage à l’intention de l’opinion publique dans une note d’information. Autant d’éléments qui viennent s’ajouter aux  récentes confessions du Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi pour relancer la machine de la confrontation entre le pouvoir et le Fndd. Cette démarche du Front National pour la Défense de la Démocratie dénote d’une nouvelle stratégie de réplique. 

Et, dans ce sens, le Fnnd tient à tout prix à rétablir la vérité à l’intention  de  l’opinion publique nationale et internationale et prouver ainsi que le général Mohamed Ould Abdel Aziz n’est pas aussi blanc que  neige. Car, Mohamed Ould Abdel Aziz est devenu en peu de temps, sans pour autant donner des chiffres à l’appui pour  crédibiliser les allégations relatives à la fortune du général limogé comme il le surnomme, l’un des hommes les plus riches en Mauritanie. 

Le Fndd s’est limité à citer en exemple le ranch de Mohamed Ould Abdel Aziz qui se situe entre El Agar et Benichab. Dans ce ranch, on y élève des outardes, des autruches et autres gibiers rares. Ce ranch, toujours selon le Fndd, serait alimenté par un sondage d’eau réalisé par l’ONG (sans citer le nom de cette ONG, Ndlr) de l’actuel Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf.

Le document du Front National pour la Défense de la Démocratie révèle que Mohamed Ould Abdel Aziz serait aussi détenteur d’un important lot d’immobiliers : au mois 6 maisons au Maroc, un bâtiment près de la fourrière d’Arafat, une maison au Ksar, une série de hammam éparpillés à Nouakchott et le marché du Ksar près de l’école II. 

Ainsi, donc, aux dires du Fndd, Mohamed Ould Abdel Aziz ne peut pas se prévaloir le titre de donneur de leçons en termes de lutte contre la gabegie et l’enrichissement illicite. 

Le Front National pour la Défense de la Démocratie est revenu aussi sur l’ «Affaire d’Air Mauritanie ». Dans le document publié, on y apprend que la faillite d’Air Mauritanie aurait commencé en 1997 et que les personnes (Sidi Mohamed Ould Biya, Isselmou Ould Khattry, Moustapha Ould Hamoud et Yahya Ould Ahmed Waghf) qui sont actuellement détenues ne sont pas responsables de la programmation de cette faillite, comme l’ont laissé entendre les nouvelles autorités du pays. 

En ce qui concerne la redynamisation d’Air Mauritanie, Yahya Ould Ahmed El Waghf, qui a pris les commandes de cette entreprise en pleine agonie, avait démontré que le seul moyen d’assurer la pérennité de la compagnie était de trouver un partenaire stratégique qui accepte de prendre une participation majoritaire dans la société. 

En outre, le gouvernement de la transition selon le document du Fnnd, aurait aussi une grande responsabilité dans la faillite d’Air Mauritanie car il aurait attribué des droits de trafic à Mauritanie Airways. 

Dans la foulée des révélations, le Fndd n’a pas manqué de mots pour mettre en doute tout le montage politique qui entoure cette affaire et d’ironiser en s’adressant à Mohamed Ould Abdel Aziz en ces termes : «mangez donc de ce riz périmé et nous vous reconnaîtrons, mon général limogé… ». 

Dans le collimateur de la justice du Haut Conseil d’Etat (HCE), le document du Front National pour la Défense de la Démocratie a révélé qu’Ely Ould Mohamed Vall serait la prochaine cible. 

Babacar Baye Ndiaye 

|